Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?

Assez régulièrement j’entends des gens expliquer à d’autres (notamment des gens issus des SHS) ce qu’est un ordinateur. Parfois ils disent quelque chose comme : « un ordinateur, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’un ordinateur ». J’ai alors envie de décrire à la même personne une perceuse : « une perceuse, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’une perceuse ». Ha.

Vous n’aviez peut-être jamais pensé la perceuse intelligente ? On ne conçoit pas la perceuse douée d’une pensée, donc on ne la pense même pas bête. Si vous percez un trou trop gros, trop petit, au mauvais endroit, ce n’est pas la perceuse qui est bête, c’est vous. Si la perceuse est mal fichue, mal conçue, ce n’est pas elle qui est bête, mais la personne qui l’a construite ou conçue. C’est la même chose pour un ordinateur.

L’ordinateur ne fait jamais qu’exécuter les programmes qu’on lui donne, s’il se met à faire n’importe quoi, c’est parce qu’on n’a pas donné les bonnes instructions. Si ces instructions ne sont pas claires, ne traitent pas tous les cas possibles, toutes les conséquences envisageables d’une action, l’ordinateur ne fait pas preuve d’initiative comme pourrait le faire un être humain. L’ordinateur est un peu comme le sucrier de Merlin l’enchanteur.

L’initiative d’un être humain se base souvent sur une notion floue et subjective qu’on appelle le « bon sens ». Par exemple : 2 carottes + 3 carottes = 5. Cinq quoi ? Notre bon sens nous fait déduire qu’il s’agit sans doute de carottes. On jugera stupide quelqu’un qui y trouve des poireaux. Pourtant il y a, à la base, une erreur dans l’énoncé : il aurait fallu dire : 2 carottes + 3 carottes = 5 carottes. Un ordinateur se vautre sur ce genre d’énoncé si on n’anticipe pas l’erreur pour lui. Un ordinateur ne peut déduire que les cas qu’on lui a appris à déduire. Comme l’industrie cherche à rendre l’ordinateur aussi convivial que possible, elle essaye d’anticiper toutes les erreurs possibles et imaginables que l’humain peut faire (oui…). Ces déductions sont le plus souvent de longues listes de bêtises déjà programmées dans la machine et pas une déduction desdites bêtises. Il n’y a pas vraiment d’intelligence dans la machine, le processus est même plutôt laborieux.

On peut éventuellement brouiller un peu les pistes en apprenant à apprendre à la machine. Avec l’intelligence artificiel ou ce que l’intelligence artificielle a cherché ou cherche à faire, on se rapproche peut-être un peu plus d’une machine intelligente (ou bête). Peut-être que c’est ça le souci, on a une culture pleine d’ordinateurs intelligents, d’un rêve de l’informatique qui n’a pas vraiment abouti. C’est peut-être pour ça qu’on peut croire l’ordinateur intelligent (voir mesquin). Il n’empêche que nos ordinateurs sont plus proches de la perceuse que de Skynet ou d’un Réplicant.

Oui un ordinateur n’est pas intelligent. Non, il n’est pas stupide ou bête. Ce n’est qu’un outil, conçu, programmé, manipulé par des êtres humains. Ceux qui disent les ordinateurs stupides, sont stupides ou ne connaissent pas bien les ordinateurs. En revanche vous pouvez continuer de maudire les informaticiens, tout est sans doute de leur faute ;).


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.