Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

Les débats à l’Assemblée nationale sur l’ouverture du mariage aux couples du même sexe se sont déroulés du 29 janvier au 12 janvier 2013. Je suis personnellement resté collé aux directs, les ai commentés comme beaucoup d’autres sur twitter via le hashtag #DirectAN, je suivais aussi avec attention les comptes rendus de Yagg et du collectif le mariage pour tous (pour vous donner une idée du camp que j’avais choisi). Une fois la loi votée, une fois l’émotion retombée, tout cela me laissait un petit goût d’inachevé. Je voulais rejeter un œil sur les débats, retrouver les expressions, les comparer. Il se trouve que tous les comptes rendus de séance sont publics, que mon travail à l’École nationale des chartes m’avait amené à passer du texte à la moulinette. Hé bien depuis une semaine, je mouline, je mouline et il est temps de rendre quelque chose : d’abord qu’est-ce qui a été mouliné et comment (Datalove) et quelques chiffres amusants (Datafun).

Datalove

Ma  source est l’ensemble des comptes rendus de discussion en séance publique de l’Assemblée nationale où a été débattue la loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Cette source était peu exploitable en l’état (HTML 4). Je les ai repris pour les transformer en XML TEI ou en fichier plein texte. Tout est accessible via un dépôt git. Les résultats montrés ici ont été obtenus avec la version 4909528c1d. Cela m’a pris environ trois ou quatre heures pour rendre le document exploitable. J’ai questionné les fichiers via les outils courant de la ligne de commande Unix (grep, awk, sed, wc…), mais surtout via le logiciel Philologic (un grand merci à Mark Olsen qui m’a très gentiment mis une base à disposition : je n’avais pas de quoi m’héberger). Je compte aussi m’essayer à TXM dessus.

Mon travail a plusieurs défauts :

  • Les Questions aux gouvernements polluent ces comptes rendus de textes et réactions sans rapport avec le débat sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Les données qui suivent pourraient donc être raffinées en ne sélectionnant que les questions au gouvernement parlant du mariage pour tous.
  • Le XML ne permet pas de faire des recherches par orateur, out of the box ; la modification n’est pas très compliquée, il se trouve que je ne m’y suis pas encore intéressé.
  • J’utilise une méthode de hacker (des regxp comme Cthulhu) pour récupérer et nettoyer les fichiers. Cela dit, je ne vois pas de manière « propre » de le faire pour des raisons similaires à celles exprimées dans la dernière râlerie de Gautier.
  • Enfin la vérification du résultat est superficielle. Je n’ai pas trouvé d’incohérence ou de trous flagrants dans ce que j’ai fait, il est cependant possible qu’il y en ait.

Malgré ces défauts, j’ai trouvé mes résultats suffisament bons pour pouvoir en parler. Vos suggestions, vos commentaires, votre  participation à l’amélioration de ce corpus sont bienvenus. Assez de blabla ! Un peu d’action !

 Datafun

Les chiffres qui suivent n’ont pas énormément de prétention, à part essayer d’obtenir autant de « sourires » qu’il y en a eu durant ces débats (266 selon les comptes rendus) et vous donner envie de jouer avec ce corpus.

Pour un rappel au règlement

Grande star du débat, le rappel au règlement fut la technique d’obstruction privilégiée avec le grand nombre d’amendements. Ainsi peut-on lire 43 fois « ce n’est pas un rappel au règlement » pour 149 rappels au règlement (eg : 2 occurrences dans un rappel au règlement d’Hervé Mariton lors de la première séance du mercredi 6 février 2013). Les mots GPA ou PMA apparemment sans liens avec un rappel au règlement apparaissent à 109 reprises (l’un ou l’autre) dans les rappels au règlement. Les deux principaux rappeleurs sont Christian Jacob (45 rappels) et Hervé Mariton (42 rappels).

Twitter

Voici les occurrences de mots liés à twitter dans les comptes rendus : tweet (14), tweete (4), tweeter (4), tweeto (1), tweets (11), tweetté (2), tweeté (1), twitter (9), gazouille (1), gazouillis (2) pour un total de 49. Twitter est bien rentré dans les débats, Jonathan Chibois dit des choses intéressantes sur le sujet.

Sous vos applaudissements

Un débat à l’Assemblée nationale, c’est comme un match de catch, le texte est écrit à l’avance, le résultat connu, mais on se laisse prendre au jeu. Christiane Taubira prenant le micro, c’est un peu comme l’Undertaker monté sur la troisième corde : implacable. La différence avec le catch, outre qu’un débat à l’Assemblée a plus de conséquences sur la vie des citoyenNEs, c’est que le public participe et connaît aussi son texte, ou improvise selon son rôle comme dans la commedia dell’arte. Il y a eu 3650 actes d’agitation collective relevés durant ces débats. Voici un tableau relevant la majorité de ces agitations, par groupe :

Type d’agitation SRC UMP UDI écologiste RRDP GDR
Exclamations 896 548 31 119 52 70
Applaudissements 942 1050 82 364 197 263
Protestations 129 110 12 14 3 11
Rires 119 24 3 24 14 17
Oh ! 15 8 0 0 0 0
Ah ! 50 19 1 10 8 6
Oui ! 18 19 1 1 1 1
Non ! 9 17 1 1 0 1
Très bien ! 2 13 3 0 0 0
Bravo ! 11 12 0 3 1 3
Allez ! Allez 0 2 0 0 0 0

Les plus agités sont les deux groupes principaux de l’hémicycle. On peut retenir que c’est le PS qui a le plus rigolé, protesté et qui s’est le plus exclamé. C’est l’UMP qui a le plus applaudi. Cette notion de jeu apparaît dans le discours final de la garde des sceaux : « Je veux saluer les députés de l’opposition, en particulier ceux qui, du premier au dernier jour, ont bataillé avec une très belle ténacité ». Comme vu précédemment, l’opposition a essentiellement fait de l’obstruction (détournement de défense d’amendement ou de rappel au gouvernement pour parler d’autre chose), La majorité a fini par se taire pour écouter rapporteur et garde des Sceaux dire laconiquement « avis défavorable » (eg. amendement 4242). La sale guerre est-elle devenue une belle bataille pour glorifier le débat démocratique ?

 L’idéologie du djenne-deur

« Idéologie (ou théorie) du gender (ou du genre) », autant d’expressions méprisantes, répétées 36 fois par l’opposition pour dénoncer les études de genre, désignées seulement 2 fois seulement sous ce nom (comme pour bon chasseur et mauvais chasseur, Xavier Breton fait la différence entre bonnes études de genre et mauvaise idéologie du genre). Les études sur le genre et les lobbies LGBT (évoqués 19 fois) sont les nouveaux complots judéo-maçonniques qui travaillent à la destruction de la nation. Les meilleurs moments ont été retenus par A-C Husson (je vous recommande son blog pour de nombreux articles intéressants sur le genre). Comment vous expliquez ce que l’on ressent lorsqu’on entend les députés de l’opposition ou certains universitaires parler des études sur le genre ? Ça fait un peu le même effet que quelqu’un qui parle du métronome comme si c’était un ouvrage fiable d’histoire et refusant de croire que ce n’est pas très sérieux. Aucun argument scientifique ne semble pouvoir lutter contre le « bon sens paysan » (7 occurrences, dont 4 de la majorité pour railler l’opposition). On peut sortir de Laurent Deutsch en lisant des travaux universitaires, on peut sortir du bon sens paysan avec l’Introduction aux études sur le genre de Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard ou au moins l’état des lieux de Laure Bereni.

Madame le

Dans ces comptes rendus, on ne trouve plus que 7 occurrences de « madame (ou Mme) le ministre », et 6 de « madame (ou Mme) le garde des sceaux » contre 351 de « madame (ou Mme) la ministre » et 750 « madame (ou Mme) la garde des sceaux ». La féminisation des fonctions prend clairement le pas. Elle est même reconnue par un député UMP, Guy Geoffrin sur l’article 14 : « La tendance actuelle – à laquelle nous souscrivons, comme vous semblez le faire d’ordinaire – veut que, de plus en plus, on identifie les femmes titulaires d’une fonction par un vocable féminin plutôt que masculin. Ainsi, en ce qui concerne un métier que je connais bien pour l’avoir exercé longtemps, alors que nous disions jadis “Mme le proviseur”, nous disons maintenant “Mme la proviseure” ».

Cela révèle d’autant plus la violence que peut avoir l’usage du masculin pour une femme. Cette violence est justifié par la « règle ». Deux occurrences sont dues à Philippe Meunier, après une protestation, lors de la défense de l’amendement 4435 : « Non, le garde des sceaux ; c’est une fonction, je suis désolée de vous le rappeler. Vous pouvez essayer de changer les mots comme vous le voulez mais c’est une fonction , donc on dit “Mme le garde des sceaux” ».

Un papa et une maman

990 occurrences du mot « père », 967 du mot « mère ». 79 occurrences d’« un père et une mère », 3 d’« une mère et un père », 15 d’« un papa et d’une maman », aucune d’« une maman et un papa ». Sur 990 occurrences du mot « père », le mot « mère » se retrouve 729 fois dans les cinq mots à droite (1re cooccurrence la plus fréquente à droite), 40 fois dans les mots à gauche (5e cooccurrence la plus fréquente à gauche). « Père » est la 1re cooccurrence à droite comme à gauche du mot « mère ». Dans un débat où la complémentarité (14 occurrences), l’altérité sexuelle (25 occurrences) ont été défendues, il semblerait que complémentarité et altérité se font avec les hommes d’abord, sans règle de grammaire, d’ordre alphabétique ou de politesse à l’appui. On parle des mères surtout quand il est question du père ou de « mères porteuses » (75 occurrences de l’expression au singulier et au pluriel, 1re cooccurrence à droite de « mères » au pluriel, 3e à gauche au singulier).

Bref je ne vais pas allez plus loin avec ces exemples, j’espère qu’ils vous auront amusé ou intéressé. La deuxième partie s’attardera sur une des grandes stars du débat : « l’enfant ».


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

6 réflexions au sujet de « Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres »

    1. Merci pour le compliment :).

      Pour les autres types d’exploitation, j’ai eu le sentiment d’entendre beaucoup la même chose en écoutant ces débats. Un outil cousin de Philologic comme Philoline permettrait de dégager toutes les similitudes (comme pour repérer la copie ou le plagiat), et de mettre en lumière les pans de discours les plus répétés : http://code.google.com/p/text-pair/. Je l’avais utilisé sur les chroniques latines de Saint-Denis, l’histoire de Grégoire de Tours et la guerre des Gaules de César, c’est funky.

      Dans des échanges avec Jonathan Chibois, il me parlait de son envie d’essayer des outils graphiques comme Gephi. J’essaye du coup de réfléchir à quels types de relations, entre intervenants, sujets qu’on pourrait essayer de mettre en place. J’ai peur en revanche qu’il faille un vrai dépouillement, à la main, avant de pouvoir exploiter des données.

      Pour d’autres éléments visuels, Philologic génère un nuage de tag pour les cooccurrences d’une expression, je pense reproduire celui d’enfant* pour le prochain billet. Il est sans grandes surprises : intérêt (281), droits (187), parents (168), avoir (141), père (122) pour les cinq premiers à cinq mots d’envergure à droite ou à gauche (mère est 11e à 88).

      Enfin un outil de machine learning comme philomine (http://code.google.com/p/philomine/) pourrait être intéressant pour essayer de dégager des types de discours en fonction de la position politique, du genre, de la sexualité. Par exemple, à gauche, les discours de clôture, et notamment celui de Sergio Coronado m’ont finalement semblé conservateurs. Sont-ils comparables à d’autres discours conservateurs ? Je n’ai aucune idée du résultat, je me pose la question :).

      Voilà, mais ce ne sont que des idées, je ne les creuserai sans doute pas tout de suite, avant j’aimerais développer un autre projet de base de donnée en RDF sur un autre objet : genre, sexe, violence, violence sexuelle dans la ligue des gentlemen extraordinaires (le mariage pour tous m’a en fait coupé dans cet élan ^^). Que ceux qui ont le temps foncent ! Qu’ils me montrent leurs résultats ! :)

      1. « J’ai peur en revanche qu’il faille un vrai dépouillement, à la main, avant de pouvoir exploiter des données. »

        Je suis en train d’aboutir à la même conclusion… donc malheureusement ça ne va pas être au programme. R me semble adéquate (de ce que j’en connais), mais tu es en train me faire miroiter un monde inconnu avec Philologic. J’aime beaucoup le concept de miroir de tags pour les cooccurences !

  1. Très intéressant, l’article de Laure Bereni auquel tu renvoies. Je te remercie d’avoir donné le lien. Il est vraiment très clair et donne envie d’approfondir.
    Et j’ai hâte de te lire sur Alan Moore, même si je pense déjà que j’aurai des trucs à redire ;-)

    1. Je pense tout comme François. Et très intéressant aussi, ce travail que tu fais autour du vocabulaire des débats. D’ici que tu sois débauché par un labo de SHS ou un organe de presse (ou pourquoi pas par LCP ?) pour exploiter en temps (quasi) réel des données qui relèvent finalement de notre quotidien (à la différence d’un combat de catch…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.