Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (2) : stéréotypes et idéologie de genre

Nous voulons détruire la famille et cette société parce qu’elles nous ont toujours opprimés. Pour nous, l’homosexualité n’est pas un moyen d’abattre la société, elle est d’abord notre situation et la société nous contraint à la combattre.
Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), Adresse à ceux qui sont comme nous (1971).

Il y a quarante ans le FHAR proposait de désintégrer la famille et la société. Aujourd’hui les associations LGBT, le gouvernement, la majorité parlementaire se battent pour que les couples homosexuels bénéficient des mêmes droits que les couples hétérosexuels : être pleinement intégrés dans la société et constituer des familles similaires. Il n’y a pas de rapport entre l’inter-LGBT, l’action du gouvernement et les propositions du FHAR. Pourtant le discours de la droite prédit que l’action des lobbys gais et du gouvernements amèneront le même résultat. Il peuvent même prétendre que c’est leur intention cachée1. L’action de normalisation, d’intégration qui est menée par le gouvernement est relativement conservatrice : une vieille institution aux formes rigides s’ouvrirait à des couples qui se comportent en tous points comme des couples de sexes différents. Du coup, la crispation conservatrice pour empêcher ce projet de loi m’a surpris2. De plus, le point de vue des député.e.s sur les rôles des genres, et leur propre conformité aux stéréotypes de genre, m’ont donné le sentiment que le genre était une des clefs essentielles pour comprendre ce débat.  Voilà les raisons qui me poussent à étudier ces textes : trouver ce qu’il y a de conservateur ou de progressiste dedans, voir à quel moment député.e.s de gauche ou de droite se ressemblent, se différencient.

Le Corpus a été grandement amélioré depuis le précédent billet3, et j’ai documenté l’encodage. Il est désormais possible d’échantillonner le corpus en fonction de la partie du débat (questions au gouvernement, ouverture au mariage pour les couples de même sexe…), du genre, du groupe (UMP, SRC…), de la tendance politique (gauche, droite), du vote final de l’orateur (pour, contre). J’ai moi-même été grandement amélioré. La découverte du logiciel TXM m’a ouvert de nouvelles possibilités, permettant de poser rapidement des questions que je n’osais pas poser auparavant. C’est ce logiciel que j’utilise dans ce billet. Vous pouvez l’installer sur votre machine et charger un export de la base (MPT-TXM-2013-03-20.zip, 95 Mo4). Je tiens à remercier très chaleureusement l’équipe de Textométrie, particulièrement Bénédicte Pincemin et Serge Heiden, d’avoir pris de leur temps pour répondre à mes nombreuses questions, que cela soit d’ordre général sur le logiciel, ou sur l’import du corpus, dans l’utilisation des techniques d’analyses textométriques et leur bibliographie.

Dans ce billet, à l’aide de TXM, je  compare, observe les prises de paroles des député.e.s en fonction de leur genre et/ou de leur groupe politique. Qu’est-ce qui les rapproche, les oppose ? Lorsqu’il faut descendre au niveau du groupe parlementaire, je ne compare que les groupes SRC et UMP, par simplicité5. Commençons par un relevé quantitatif (Quantités) avant de nous attaquer aux particularités des discours de chacun (Formes caractéristiques).

Quantités

Jusqu’à présent, notre droit reconnaissait que l’absence de père ou de mère était un manque pour l’enfant. Aujourd’hui, la majorité propose d’institutionnaliser a priori cette absence.
Elle prétend affirmer dans notre droit que cette différence fondamentale n’a pas la moindre importance dans l’éducation de l’enfant. Quel paradoxe au moment où nous nous battons pour la parité dans tous les autres domaines !

– Jean-François Copé.

Et ne me faites pas signe de me taire ! Je ne me tairai pas !
– Christian Jacob.

Il y a 150 femmes et 423 hommes élu.e.s à l’Assemblée nationale. Soit respectivement une proportion de 26,5 % de femmes et une de 73,8 % d’homme. La moitié de la population française n’a qu’un quart de son sexe représenté à l’Assemblée, mais la représentation n’a jamais été autant féminisée. Comparons cette représentation avec une mesure du nombre des mots (ou unités lexicales, la ponctuation étant comptée ici) répartie par genre dans les interventions des député.e.s (à l’exception des président.e.s de séance) dans les comptes rendus de l’Assemblée Nationale :

180 157 unités lexicales pour les femmes, 659 717 pour les hommes. Dans le compte rendu, les prises de paroles des femmes représentent 21,5 % de l’ensemble des débats. En moyenne, les comptes rendus retiennent 1201 unités lexicales par femmes, 1559 par homme. Les députés s’expriment donc en moyenne 1,3 fois plus que les députées.

Continuons avec un tableau des valeurs absolues des prises de paroles des député.e.s des deux principaux groupes (Rappel : SRC 293 député.e.s dont 106 députées, UMP 195 député.e.s dont 27 députées). Ces deux principaux groupes totalisent 82,8 % des unités lexicales attribuées aux députés par les rédacteurs des comptes rendus :

Le député SRC (552,5 unités lexicales en moyenne) s’exprime en moyenne 1,4 fois plus que la députée SRC (407,6), le député UMP (2995,6) s’exprime en moyenne 1,8 fois plus que la députée UMP (1649,3). Les députés hommes des deux groupes principaux parlent plus que leurs homologues féminins, et dépassent même le facteur pour l’ensemble de l’assemblée (1,3). Cette plus faible participation des femmes aux débats souligne encore plus la faible représentation de ces dernières en France.

Pour rappel, UMP et PS n’ont pas respecté les représentations de quota pour l’élection legislative de 20126. Les femmes ont de plus été placées dans des circonscriptions plus dures à gagner que les hommes7. Les deux partis agissent de même, mais là où le PS affiche une intention de renverser le mouvement, l’UMP décomplexé ne fait rien pour la parité, ni durant les élections, ni dans l’hémicycle.

De telles différences laissent déjà supposer une répartition des rôle selon le sexe au sein de l’Assemblée. Ainsi Lucie Bargel observait en 20058 chez les MJS qu’hommes et femmes structurent leur rôle selon un schéma classique d’attention-getting pour les hommes, d’attention-giving pour les femmes. Ce type de rôle laisse plus de place à la parole de l’homme en politique. Cette reproduction d’inégalité sexuée ches les socialistes reste une forme de conservatisme, conservatisme tendre à côté de celui de l’UMP9. Pour vérifier cette hypothèse, il faut rentrer plus en avant dans les discours, essayer d’en tirer ce qui est significatif. Les calculs de spécificités de TXM permettent de dégager les formes caractéristiques d’un texte.

Interlude sur les calculs de spécificités

Ce qui est génial avec un carnet informel, c’est de pouvoir faire des parties pirates non annoncées dans l’introduction. Si vous savez ce qu’est un calcul de spécificité vous pouvez aller droit à la partie suivante. Sinon, je vais essayer de vous expliquer ce que je crois avoir compris10. Le calcul de spécificité permet de comparer plusieurs échantillons de texte et de relever quelles formes sont banales ou caractéristiques dans un échantillon par rapport à un autre.

TXM permet de créer des partitions (diviser en partie les corpus, par exemple hommes et femmes) et faire des calculs de spécificité d’une forme dans une partie par rapport à l’autre partie. TXM donne un score à chaque forme pour chaque calcul de spécificité. Plus le score est élevé plus la chance est faible que le mot se trouve par hasard dans cette partie, avec une fréquence aussi élevée, relativement à l’ensemble du corpus (1/10^score). Un score négatif souligne une fréquence anormalement basse (forme spécifique négative). Plus le score est bas, plus la chance est faible que le mot se trouve par hasard, dans cette partie avec une fréquence aussi basse, relativement à l’ensemble du corpus.

La documentation de TXM indique qu’à partir d’un score de 3 (soit une probabilité que le mot apparaisse par hasard avec cette fréquence de 1/10^3 = 1/1000) on peut considérer que la forme est caractéristique11.

Pour en savoir plus sur les calculs de spécificité :

  • Lebart L., Salem A. (1994) – Statistique Textuelle. Dunod, Paris, 342 p.
    [ versions auteur disponibles en ligne : à l’ENST, voir le chapitre 6] ;
  • Lafon P. (1980) – Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus, Mots No1 , p 127-165.
    [modèle des spécificités – consulter en ligne sur Persée].

Formes caractéristiques

Ressemblances entre genre

Comme l’illustre ce tableau, si l’on compare les specificités de toutes les unités lexicale de nos quatre échantillons ensemble (SRC femmes, SRC hommes, UMP hommes, UMP femmes) on constate un fait troublant : le lexique des femmes avec un haut score (entre 9 et 20) sont des mots se rapportant à un sujet (« droits », « enfants », « égalité », « familles », « homoparentales » pour les députées du groupe SRC, « Français », « enfant » pour les députées du groupe UMP) ; celui des hommes sont essentiellements des noms de gens, de fonction, d’institution (« Jacob », « Mariton » chez les députés SRC ; « Gouvernement », « Mme » (la/le ministre, la/le garde des Sceaux) , « ministre », « Le Roux » chez les députés UMP).

Le mot « enfant » est plus caractéristique dans les interventions de femmes, mais pas de la même manière, celles de droite parlent plutôt de « l’enfant » sorte d’image idéalisée de ce que doit être un enfant, celles de gauches des « enfants », soit l’ensemble des enfants vivants et à venir. Une originalité des femmes de droite et le score particulièrement important (9) de « Français » que l’on ne retrouve pas pour d’autres échantillons au sein du corpus : « Vous devez entendre les attentes des Français ! » (Anne Grommerch),  « Le présent texte ne tient pas compte des Français de l’étranger » (Claudine Schmid), « la procréation médicalement assistée ainsi que la circulaire sur la GPA contribuent à perturber les Français » (Véronique Louwagie). Compréhensives, protectrices, empathiques, proches des enfants, les députées de droite et de gauche se sont principalement exprimées sur des attentes classiques que la société a vis-à-vis de leur genre : s’occuper du care, donner de l’attention au autres.

Les hommes, eux, se rapprochent en attirant l’attention, en s’interpellant au travers de l’hémicycle. Ils font preuve d’un comportement plus agressif, plus combatif que celui des femmes et correspondent aussi à leur stéréotype de genre. Bien sûr, ils ne font pas que ça et on retrouve beaucoup chez eux les discours et les thèmes abordés par les femmes, cependant, le calcul de spécificité permet d’avancer ce qui est le plus caractéristique. Chez les hommes, c’est la harangue.

Les groupes SRC et UMP affichent donc un comportement de genre des plus classiques et dans ce cas, l’UMP ne se démarquent pas particulièrement du groupe SRC. Les positions restaient malgré tout fortement opposées. Le clivage est donc politique, mais ce dernier apparaît toujours lié au genre.

Différences politiques

L’altérité est un équilibre : c’est l’intérêt de l’enfant et le socle de notre société.

– Arlette Grosskost.

Si le groupe SRC a brandi l’égalité en étendard, dans les mots les plus caractéristiques manipulés par la droite, se trouvent « père », « mère » et « altérité ». Ces mots ont été suremployés dans une rhétorique que l’on peut résumer ainsi : « les gens de sexes différents ont des comportements différents, cette différence est nécessaire au bon développement d’un enfant. Dans le cas contraire il est probable que l’enfant développe des troubles pathologiques12 et c’est pour ça que l’acceptation des familles homoparentales comme “normales” va détruire notre société. L’enfant a bien besoin d’un père et d’une mère. »

C’est à cette endroit que le groupe UMP va au-delà du stéréotype de genre et défend l’idéologie de genre : l’idée que le sexe détermine le comportement. Dans cette idéologie l’homme doux et la femme bourrue sont des anomalies, des malades, des gens qui ont dû vivre un truc traumatisant dans leur enfance. L’idéologie de genre permet à l’UMP d’appuyer un modèle social découlant naturellement de l’anatomie, des gonades, des chromosomes, des hormones, etc. Si l’on met cette observation en parallèle avec la place que le groupe UMP attribue aux femmes et aux hommes, on peut déduire que l’idéologie de genre défendue par l’UMP justifie une position patriarcale13.

Conclusion

L’américain blanc, dit [Bernard Shaw] en substance, relègue le noir au rang de cireur de soulier : et il en conclut qu’il n’est bon qu’à cirer des souliers.

– Simone de Beauvoir, le Deuxième sexe, introduction.

SRC et UMP sont des ensembles politiques conservateurs marqués par les stéréotypes de genre. Ce qui les différencie, c’est que le groupe UMP laisse encore moins de place aux femmes et qu’il affirme avec force une idéologie de genre qui justifie les stéréotypes de genre, qui se manifeste au sein du groupe par une prépondérance de l’homme sur la femme et finalement l’exclusion des homosexuels des responsabilités familiales. Le débat sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe a été la libération de cette parole patriarcale.

L’acceptation, l’intégration des couples homosexuels, des familles homoparentales constituent pour les hétérosexuels une chance de pouvoir s’affranchir de l’idéologie de genre et de permettre une meilleure égalité entre les hommes et les femmes. Mais la route est longue :

« Nous ne lâcherons pas » (Philippe Gosselin), « nous ne lâcherons rien ! » (Philippe Cochet), « nous ne lâcherons rien » (Claude Greff), « je ne lâcherai pas prise » (Philippe Gosselin), « on ne lâchera rien ! » (Philippe Gosselin), « nous ne vous lâcherons pas » (Marc Le Fur), « nous n’allons pas  vous lâcher. Ce n’est qu’un début, sachez-le ! » (Xavier Breton).

  1. « Vous ne pourrez pas longtemps cacher au peuple votre volonté de détruire la famille », Philippe Meunieur, <http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2012-2013/20130130.asp#P6708_0468>, consulté le 2013-03-20. []
  2. En fait, je me serais plus attendu à ce type de réaction si le gouvernement avait proposé de supprimer la propriété, de collectiviser les enfants ou de se lancer dans le soleil vert. []
  3. Oui, je sais j’avais promis un truc sur les enfants, c’est toujours en préparation, il se trouve que la découverte des possibilités de la plateforme TXM m’a fait me plonger dans des questions que je ne pensais pas pouvoir aborder aussi facilement, comme une étude sur le genre. []
  4. J’ai horreur des gens qui ne diffusent pas largement leurs outils de travail. Je vous invite à vérifier, critiquer, améliorer, dépasser, réfuter ce que j’ai fait et je tiens à vous faciliter la vie. Après avoir lancé TXM, ouvrez le menu File -> Load, et sélectionnez le fichier MPT-TXM-2013-03-20.zip. Pour prendre en main le logiciel, vous pouvez suivre la formation donnée par Bénédicte Pincemin <http://txm.sourceforge.net/enregistrement_atelier_initiation_TXM_fr.html>, consultée le 2013-03-20.) Notez enfin que j’ai fait ces calculs à partir d’un « sous-corpus » (clique droit sur le corpus) trié selon la métadonnée : debat= »mpt ». Seuls les répliques des débats sont retenues ici. []
  5. Marie-George Buffet pour le groupe GDR, Sergio Coronado pour le groupe ECOLO ont été particulièrement actifs, mais aussi les principaux interlocuteurs de leur groupe (plus de la moitié du volume total d’unités lexicales du groupe ECOLO est totalisé par Coronado, près des trois-quarts du groupe GDR par Buffet). Ces deux orateurs ont une grande place dans le débat, mais leur surreprésentation au sein de leur groupe, la faible taille ces groupes, leurs positions fortes sur la PMA ne permettaient pas de dégager clairement les positions des député.e.s du groupe SRC. Notez aussi que Christiane Taubira, qui s’est imposée comme une femme politique forte, n’apparaît pas dans ces comptes, je ne m’intéresse qu’aux député.e.s à l’exclusion des président.e.s de séance. []
  6. Observatoire de la parité, 40,0% de femmes candidates aux élections législatives : un recul de la parité !, 2012-05-23, <http://www.observatoire-parite.gouv.fr/parite-politique/actualites/article/40-0-de-femmes-candidates-aux> consulté le 2013-03-02 []
  7. Observatoire de la parité, Parité : encore bien loin de l’objectif fixé mais en nette progression !, 2012-06-18, <http://www.observatoire-parite.gouv.fr/parite-politique/actualites/article/parite-encore-bien-loin-de-l> []
  8. Bargel L., « La socialisation politique sexuée : apprentissage des pratiques politiques et normes de genre chez les jeunes militant.e.s », Nouvelles Questions Féministes, 24 (3), 2005, p37 []
  9. Sur ces sujets voir Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, de boeck, 2012, p. 213 « Genre et politique ». Il est fait mention d’un ouvrage qui semble très intéressant sur le genre à l’UMP : Haegel F., Les droites en fusion, Paris, Les presses de Sciences Po, 2012. []
  10. Je lis beaucoup en ce moment pour devenir irréprochable sur le sujet. []
  11. Notez que tous les scores de 20 sont fictifs, la probabilité est effectivement dans les plus basses, mais une limitation du logiciel ne permet pas de calculer la probabilité exacte. TXM attribue une valeur fictive de très faible probabilité avec un score de 1000. On peut ajuster cette valeur fictive selon son besoin pour que les diagrammes en bâton ne soient pas démesurés. Voir à ce propos la FAQ : <https://groupes.renater.fr/wiki/txm-users/public/faq#j_obtiens_des_specificites_de_1000_est-ce_normal>, consultée le 2013-03-21 []
  12. Je vais vraiment développer un article sur « l’enfant » à la suite de celui-ci. []
  13. Je ne peux m’empêcher de penser à une vision du monde avec des grands hommes, derrière lesquels se trouvent des femmes d’exception. []

Nicolas Legrand

Maîtrise d’histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l’École nationale des chartes, trois à l’Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d’histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l’École nationale des chartes, trois à l’Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

3 thoughts on “Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (2) : stéréotypes et idéologie de genre”

  1. Bravo pour ce billet, chapeau.
    Merci au passage pour cette petite leçon sur le calcul de spécificité. Je ne connaissais pas du tout, ça m’ouvre des portes… :)

  2. Très intéressant (ces 3 billets sur le sujet…) et très dense !
    Merci pour les éléments « pratiques » sur l’outil TXM et pour l’analyse de fonds..
    Cela donne des éléments tangibles argumentés sur une impression diffuse, l’impression que c’est la vision patriarcale et déterministe du genre qui est une des clefs essentielles pour comprendre la fureur des opposants au « mariage pour tous »…
    Avec en prime des exemples, des petits éléments qui poussent à la réflexion… (par exemple, le fait que le lexique des femmes de l’assemblée se rapporte plus à un sujet, alors que celui des hommes se rapporte plus à des noms propres, des fonctions…).
    Bref, je dis bravo moi aussi !
    (et je regrette seulement que le nombre d’intervenant.e.s du groupe GDR ne soit pas suffisamment important pour t’avoir permis de les inclure, avec EELV, dans les statistiques…)

    1. Merci pour ton commentaire :).

      Pour le lexique, celui des hommes se rapportent aussi aux sujets du débat (adoption, filiation, enfant, GPA, PMA…), ce que mettent en avant les calculs de spécificités ce sont les éléments les plus caractéristiques d’un lexique par rapport aux autres.

      À titre personnel, les interventions de Buffet et Coronado m’ont beaucoup marqué, j’avoue que ça a été un peu dur de les mettre de côté. J’ai aussi regretté de ne pas pouvoir inclure Bompard, il aurait été pourtant parfait pour illustrer l’idéologie de genre revendiquée par le groupe UMP et par le mouvement de la manif pour tous :) :

      Monsieur le président, je suis père de cinq enfants, deux filles et trois garçons, et j’ai dix petits-enfants, cinq filles et cinq garçons. C’est vous dire que j’ai une approche pratique de l’éducation des enfants et de la vie avec eux. Je sais qu’un père et une mère n’apportent pas les mêmes choses. La mère apporte la tendresse, le père apporte une affection un petit peu plus rude.

      – Jacques Bompard, pour la défense de l’amendement 4672

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *