DH et steampunk (4) : Bonnes pratiques et évangélisme

Avez-vous déjà essayé de proposer une idée nouvelle devant une majorité de gens qui n’ont aucune idée de ce dont vous parlez et à qui vous demandez de changer leur manière de travailler au quotidien ? C’est dur, voire impossible. Pour pouvoir le faire, il faut être prêt à tout et dégager une énergie capable de soulever les montagnes. Ce n’est pas à la portée de tous. Ceux qui le font se voient souvent accoler des étiquettes comme « leader », « évangéliste », « prosélyte » ou autres emmerdeurs de tout poil.

C’est un point que Paul n’a pas abordé durant sa présentation lorsqu’il a parlé des bonnes pratiques. Pourtant les bonnes pratiques ont leurs VRP qui travaillent jour et nuit à à leur valorisation. Ils sont à la fois très utiles voire indispensables pour avancer et  en même temps peuvent être horriblement bloquant et même pénible. Pour en finir avec cette série sur les bonnes pratiques je vous livre quelques anecdotes et réflexions sur mes relations avec l’évangélisme.

Un jour, pendant la phase petits croissants d’une journée TEI à l’École nationale des chartes, je discutais avec Lou Burnard, le gourou de la TEI. À l’époque j’étais fou de latin, de malaxage de texte et de conversion en tout genre. J’ai voulu dire à Lou « ho regarde, j’ai écrit un programme pour transformer de la TEI Lite en Epub. » Je sors fièrement ma Sony PRS-505 flambant neuve, il la regarde plein de dégoût, dit qu’il ne veut pas entendre parler de ce truc là et s’en va pour aller partager des croissants avec quelqu’un d’autre. J’ai clairement eu envie de bouder. Le mauvais réflexe que je peux avoir dans ces cas là est de me dire que comme Lou a une mauvaise vision des tablettes et les ebooks ce qu’il dit sur la TEI doit être tout moisi aussi. L’investissement dans une cause précise peut donner des œillères. Si un évangéliste ne voit que son but (conquérir le monde avec [nom d’une technologie à la mode]), tant pis alors, mais ce n’est pas une raison pour que se priver de ce qui est bien dans [nom d’une technologie à la mode].

La manière dont un public reçoit un prêche peut aussi me troubler. Deux réactions me glacent en particulier : celle de ceux qui n’y comprennent rien et trouvent ça naze, celle de ceux qui ont l’impression de comprendre et sont subjugués. En général j’ai envie de laisser les premiers sécher dans leur poussière et envie de secouer les seconds :  « Attention ! Vous aurez besoin de dizaines, centaines d’heure de développement que vous ne pourrez pas payer et de centaines, milliers d’heure à employer des esclaves super qualifiés pour enregistrer vos données ! » Lutter contre les fidèles d’un évangéliste peut s’avérer pénible. Ils peuvent être persuadés qu’on est en train de résoudre tous leurs problèmes. Fred Brooks les décrits comme voulant lutter contre un loup garou et cherchant à tout prix une balle d’argent pour abattre le monstre. Or d’après lui, en informatique il n’y a pas de balle d’argent, pas de solutions miracles.

L’admiration d’un fidèle pour un leader ne s’arrête pas au travail que l’on compte faire, mais aussi sur le travail accompli du leader en question. Entre 2002 et 2006 Gautier Poupeau a abattu un travail hallucinant à l’École nationale des chartes, reléguant Stakhanov au rang de petit rigolo. Suite à son départ, les publications de l’École ont été fortement ralentis. D’abord on a subit la perte d’un élément dur à remplacer, ensuite on est tombé sur la difficulté de maintenir un existant varié et codé avec du gros scotch (si cela a posé problème pour la maintenabilité, je suis un grand fan du gros scotch et ne l’emploie pas ici de manière péjorative, au contraire nous n’aurions sans doute rien eu si ça n’avait pas été fait avec du gros scotch), mais par dessus tout : l’impossibilité de pouvoir seulement remettre en cause l’existant. La peur de s’approprier, toucher, transformer ce qui est vu comme œuvre sainte. L’équipe s’est trouvée dans une impasse où elle ne pouvait que mal faire : impossibilité de continuer sur la base en place, impossibilité de la changer. Je n’ai pas de reproches à faire sur le travail qui a été fait ou qui n’a pas été fait. J’ai une haine viscérale pour toutes les barrières qui se sont dressées devant nous, et surtout pour celle qui nous empêchait de remettre en cause un travail admirable mais pas dépourvu de limites.

Dernier point, une erreur que je fais beaucoup : chercher à contenter tout le monde. C’est quelque chose de super chouette parce que ça fait appel à des qualités d’ingénieur : trouver une solution simple à un problème complexe. C’est un peu plus compliqué lorsque l’on se retrouve entre deux leaders. Le bassiste de Spinal Tap vous le dira : les leaders de son groupe sont très opposés, comme le feu et la glace, lui se retrouve entre les deux. Comme de l’eau tiède.

Être de l’eau tiède… C’est nul. Nul. L’École nationale des chartes voulait que l’on continue à développer la plateforme Telma, mais voulait aussi que l’on s’intéresse à d’autres technologies poussées par Alain Guerreau comme Philologic (avec un rejet de tout ce qui ressemblait à du XML). Je me suis retrouvé entre les deux et je pense avoir trouvé des supers solutions pour que les deux mondes puissent vivre ensemble, se parler et s’aimer d’amour. J’ai dépensé beaucoup d’énergie et ai monté assez vite des preuves de concept. Je n’ai convaincu ni Telma, ni Alain Guerreau et ses fidèles. Ce n’est pas exactement être seul contre tous, mais seul au milieu. Un peu comme François Bayrou. Epic Fail. Ce que j’applique désormais quand je n’ai pas de conviction c’est d’éviter absolument d’être de l’eau tiède, je fais pencher la balance et si possible je la fais pencher du côté qui groove et où on s’amuse avec des gens sympas en buvant des cocktails.

Voilà plus ou moins ce que je retiens de mes interactions avec l’évangélisme :

  • les évangélistes ne sont pas fiables sur tout ;
  • il n’y a pas de solution miracle ;
  • il faut avoir/canaliser l’énergie d’un évangéliste pour faire/pousser des trucs chouettes ;
  • tout peut être remis en cause ;
  • dans le doute mieux vaut bien s’amuser.

Épilogue : cette notion de jeu n’est pas une légerté de ma part, c’est la raison profonde pour laquelle je fais de l’informatique. Alan Perlis le dit mieux que je ne le pourrais :

« Je crois qu’il est extraordinairement important que nous autres informaticiens gardions le sens du jeu dans l’informatique. Quand tout cela a commencé, c’était sacrément rigolo. Bien sûr les clients qui payaient se faisaient avoir de temps en temps et de fil en aiguille nous nous sommes mis à prendre leurs plaintes au sérieux. Nous avons commencé à croire qu’il était de notre devoir de garantir l’utilisation fructueuse, sans erreur et parfaite de ces machines. Je ne pense pas que cela soit le cas. Je pense qu’il est de notre devoir de les stresser, de les envoyer dans de nouvelles directions et de garder l’esprit du jeu dans la place. J’espère que l’informatique ne perdra jamais son sens du jeu. Par dessus tout, j’espère que nous ne deviendrons pas des missionnaires. Ne vous prenez pas pour un vendeur de bible, le monde en a déjà trop. Ce que vous savez de l’informatique d’autres l’apprendront. Ne croyez pas que la clef de la réussite informatique ne se trouve que dans vos mains. Ce que vous avez dans vos mains, je le crois et je l’espère, c’est de l’intelligence : la capacité à voir dans la machine plus que ce que vous n’y voyiez quand vous y avez été emmené pour la première fois, la capacité à pouvoir en tirer plus. »

Traduction d’une citation en exergue du Wizard Book. Quelque part voilà ce que je pourrais souhaiter aux Digital Humanities et à l’Histoire : du jeu. Je crois que c’est une des choses que Paul appelle aussi en réclamant de l’innovation.


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

2 réflexions au sujet de « DH et steampunk (4) : Bonnes pratiques et évangélisme »

  1. Ah ben voilà, avec une référence à Spinal Tap, on comprend tout de suite mieux. C’est bien, tu deviens pé-da-go-gi-que.

    Très bonne série de billets, par ailleurs, merci beaucoup, ça me fait réfléchir (si si). (Mais être en X et Alain Guerreur… brrrr, ça fout des frissons quand même).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.