La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre

Le thème du jour vous surprend sans doute vu qu’il n’a pas l’air franchement lié avec le sujet de ce carnet : informatique et histoire. Je m’y intéresse parce que :

  •  je ne rejette pas la possibilité de travailler à nouveau en tant qu’informaticien pour des historiens (ça peut même me faire envie) ;
  • il m’arrive aussi d’envisager aller enseigner l’histoire dans le secondaire (je sais, je suis fou).

Dans les deux cas, la question du genre m’intéresse.

En me promenant il y a quelques semaines dans les allées des rendez-vous de l’histoire à Blois, j’ai croisé le stand de l’association Mnemosyne. J’y ai feuilleté leur manuel scolaire : la place des femmes dans l’histoire. J’avais déjà lu que c’était l’exception qui proposait une histoire mixte parmi les autres manuels d’histoire. Après un coup d’œil sur le sommaire et quelques pages  j’ai eu très envie de l’acheter.

En fait vous pouvez aussi arrêter tout de suite ce que vous êtes en train de faire, vous procurez ce livre, le lire et revenir me lire :).

Si vous n’aviez pas prévu de vous pencher dessus, je vous invite au moins à en lire l’introduction. « Ni geste héroïque au féminin, ni histoire victimaire, [ce manuel] veut présenter, dans toute sa complexité, “le nuancier infini de la rencontre entre hommes et femmes” […], rendre compte de leurs actions respectives, s’interroger sur le sens que chaque société attribue au masculin et au féminin. » Le but d’une histoire mixte est de replacer les femmes dans l’histoire, que cela soit dans la sphère publique, mais aussi dans la sphère privée : « les enjeux liés à la reproduction et la maîtrise de la fécondité, qui ont pesé de façon déterminante sur la vie des femmes et des hommes […] ont toute leur place dans l’enseignement de l’histoire sociale et politique.» C’est aussi un point de vue qui permet d’observer la construction du genre chez la femme ou l’homme : « la construction de la virilité, affaire publique et privé, est un fait historique qui change suivant les sociétés “On ne naît pas femme on le devient” […] s’applique aussi à la masculinité ». Finalement, un but de cet ouvrage, destiné aux parents et aux professeurs, est que l’histoire « assume sa fonction civique, il faut qu’elle permette aux éleves de décrypter les mécanismes sociaux de construction des inégalités. Qu’elles soient de sexe, de race ou de classe, celles-ci ne doivent rien à la nature. »

Là où Mnemosyne parle de « fonction civique » on oppose très vite l’« instrumentalisation », la « manipulation » avant de reprocher le « moralisme » voire la « bien-pensance ». Il est souvent mal venu de vouloir faire de l’histoire avec une intention. Dès que l’on passe dans le cadre de la diffusion, de la vulgarisation de la recherche, de l’enseignement secondaire, on devient encore plus tatillion. Il suffit de voir le sujet au cœur de la polémique autour du Figaro : « Qui veut casser l’histoire de France ? ». Ces derniers trouvent qu’on instrumentalise l’histoire pour faire culpabiliser les Français de leur glorieux passé à trucider des gens sans leur parler des dangers de l’islamisme qui risquent de nous trucider. Des réponses d’historiens comme le collectif Argionamento Histoire-Géo fusent pour reprocher au Figaro de mettre en avant une idéologie d’extrême droite, d’instrumentaliser l’histoire à leur tour sans même faire un vrai travail historique sérieux, avant de dire d’une manière très claire que de toutes façons l’histoire est orientée :

Evidemment, cette histoire apolitique et objective n’a jamais existé : comme ses semblables humains, l’historien est un être social doté d’opinions qui influencent même inconsciemment sa vision du passé. Plus encore, nous sommes convaincus que l’éthique de la tour d’ivoire, dans laquelle ont intérêt à nous enfermer ceux qui cherchent à nous décrire comme des élites coupées des « vraies gens », n’est qu’un alibi visant précisément à exclure du débat public ceux qui, comme nous et beaucoup de nos collègues, pensent que les idées reçues favorisent l’essor des idéologies les plus nauséabondes.

Drôle de coïncidence tout cela me renvoie douze ans en arrière aux Rendez-Vous de l’Histoire (encore) à Blois. J’assistais à une rencontre au titre accrocheur « Pourquoi faire de l’Histoire ? »

Détail du programme des rendez-vous de l’histoire 2000.

À l’époque j’étais parti prenant de l’histoire intéressante en soi, pour moi l’histoire servait au mieux à prouver à tous ceux qui voulaient l’instrumentaliser qu’ils avaient tort. Et c’était un peu ce qui resortait finalement de la rencontre. Tous les participants étaient d’accords pour dire deux choses : l’histoire ça sert surtout à se forger un esprit critique, ça ne sert plus du tout à des fins politiques (comme faire l’historiographie d’un prince) et enfin c’est chouette parce qu’on apprend des trucs. Tout le monde se gargarisait jusqu’à ce qu’une personne du public intervienne et dise quelque chose comme :

« Bonjour, je suis enseignant dans le secondaire et j’ai l’impression qu’il y a un décalage profond avec l’enseignement à l’université parce que quand je vois ce qu’on me demande d’enseigner sur l’Europe, je ne vois pas comment mes élèves peuvent avoir un esprit critique dessus. »

Les animateurs du débat n’ont pas su bien répondre et semblaient d’un coup mal à l’aise sur leur chaise. Quant à moi, sept ans d’enseignement secondaire de 1991 à 1997 ont défilé sous mes yeux. Sept ans à parler de l’Europe comme quelque chose de formidable, d’indispensable, pour la paix, l’économie. Sept ans qui ont fait de moi un citoyen farouchement pro-européen. Je n’ai jamais eu de questions à me poser sur l’Europe. L’EUROPE C’EST BIEN. Inutile de tergiverser. Effectivement, en 2000, trois ans après mon bac, je n’avais jamais remis en question l’Europe et je n’en voyais pas l’intérêt. Ce jour là j’ai réalisé que je n’en voyais pas l’intérêt parce que l’enseignement et la communication autour étaient faits de telle manière que je n’avais jamais ressenti le besoin de le faire. L’instant d’avant je me gargarisais d’avoir un super esprit critique. Douche froide. L’esprit critique c’est aussi savoir remettre en question les choses que l’on trouve normales ou acquises.

En fait, si on a le sentiment qu’à un moment t l’histoire n’est pas instrumentalisée c’est que cette dernière correspond à un cadre avec lequel on est d’accord. Il y a bien une pensée dominante qui s’exprime : c’est l’histoire qui ne fait pas débat, qui ne choque pas, qui intéresse tout le monde, avec des couleurs le matin sur France Culture. On fait une histoire qui s’inscrit bien dans la société (je ne remets pas tout en cause : j’adore entendre parler de couleurs sur France Culture).

Le retrait de l’histoire en terminal S n’est pour moi que l’image d’une discipline tellement ancrée dans une société tellement solide que ladite société ne ressent plus vraiment le besoin de mettre en avant ladite histoire pour la promouvoir. C’est justement là que les études de genre remettent en cause cet équilibre. Je pense que la pensée dominante actuelle estime que l’on est arrivé à un niveau suffisant d’égalité et qu’il n’y a pas besoin d’aller plus en avant. Les études de genre clament le contraire et veulent mettre en garde contre les processus de construction des inégalités. Les accusations d’« instrumentalisation » sont lancées par ceux qui n’ont pas forcémment conscience d’être eux-même instrumentalisés et qui veulent continuer d’enseigner une histoire « normale » comme avant.

C’est un piège du conservatisme : on véhicule bien une morale. Seulement comme cette dernière est bien établie, ce n’est pas du moralisme, c’est « normal ». Soit on ne s’en rend pas compte et on est naïf, soit on s’en rend compte et on est sacrément malhonnête en attaquant les autres sur l’instrumentalisation et le moralisme.

À titre personnel, je trouve qu’instrumentaliser les études de genre pour permettre de mieux voir les inégalités c’est aussi grave que d’apprendre à un enfant à être poli et à respecter les autres. C’est dégoûtant.

L’histoire a bien une fonction civique. Les études de genre semblent l’assumer pour proposer des questions et idées nouvelles dans le but d’améliorer la société. Elles ne sont pas juste intéressantes en elles-mêmes : elles mettent le doigt là où ça fait mal. Je vous invite vivement à feuilleter La place des femmes dans l’histoire. L’ouvrage propose deux types de chapitre : un chapitre de complément d’un « cours normal », afin de rééquilibrer la part des femmes et des hommes et un chapitre de remplacement de « cours normal » qui propose une histoire mixte. Cela donne un regard nouveau sur notre sociéte. Cela me donne envie que cela devienne le « cours normal ».

Le thème du jour vous a sans doute surpris (sauf évidemment pour ceux qui connaissent mon militantisme), mais si je devais devenir prof dans le secondaire, j’aurais ce livre sous le bras. Si je devais retravailler dans les sciences humaines, je serais très attiré par les études de genre.


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

Une réflexion au sujet de « La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.