Arrogantia computatri scientifici

Un de mes principaux moteurs dans la vie à toujours été de faire des trucs cools. Demandez moi comment je pense résoudre un problème, je réponds « de la manière la plus cool possible » (comme ne pas utiliser PHP). En général ça ne passe pas très bien. Mes parents me disaient « dans la vie on ne fait pas toujours des trucs cools. » Lors des entretiens pour une maîtrise d’histoire on m’a répondu à plusieurs reprises « je pense que vous n’avez rien compris à l’histoire, nous ne sommes pas là pour faire des trucs cools, mais pour faire ce qu’il reste à faire. On ne travaille pas sur des trucs cools, on travaille sur des sources qui existent et ne sont pas encore exploitées. » Mes collègues aujourd’hui me répondent souvent « mais tu es dingue ! Avec la RGPP on peut pas se permettre de faire des trucs cools, il faut faire des trucs utiles pour prouver que l’on serve à quelque chose. » Bref, toute ma vie on a voulu me brimer. C’est dégoûtant.

C’est d’autant plus mesquin que je suis convaincu que tout le monde cherche à faire des trucs cools, mais le cache derrière une fausse couche de rabat-joie pour se donner un air sérieux et important. Moi aussi, je passe une partie des mes journées à faire des choses pénibles qui doivent être faites, mais mon moteur, c’est de faire des trucs cools. Je ne vois pas pourquoi je mettrais en avant les trucs pénibles. C’est une des raisons pour laquelle je me suis tourné vers l’informatique : c’est super cool. La seule chose qu’il reste à faire c’est d’arriver à mettre en corrélation les choses qui amusent avec une activité qui permette de vivre et payer ses impôts. C’est la phase compliquée, mais ça existe. Par exemple j’ai pu énormément m’amuser à faire de l’informatique pour les historiens.

Mon stage de fin d’étude était très cool : faire l’encodage et la mise en ligne d’une édition des chroniques latines de Saint-Denis (l’encodage, c’était un ETP de quatre semaines pour cent cinquante pages. L’encodage, c’est cher). Cette édition est le résultat d’un exercice donné aux élèves de l’École nationale des chartes par Pascale Bourgain. Un but de cette édition n’était pas d’éditer le manuscrit parfait ou le meilleur témoin mais celui que les moines de Saint-Denis présentaient à ceux qui voulaient étudier l’histoire du royaume :  le manuscrit P (Paris BnF lat. 5925). Ce dernier est moins bon que son modèle : R (Vat. Reg. lat. 550), mais beaucoup plus utilisé. L’apparat critique de l’édition montre entre autre les différences entre les deux manuscrits.

Ce qui est beau avec une édition en XML par rapport à une édition papier, c’est que l’on peut en tirer beaucoup plus. Par exemple, nous pouvons sortir le texte du seul manuscrit P, ou du seul manuscrit R. À partir de là on peut imaginer toutes sortes de techniques amusantes pour voir les différences de chaque manuscrits, éditer l’un ou l’autre, etc. Je trouvais ça follement amusant, j’ai même caressé l’idée de mettre en TEI l’édition de la Notitia Galliarum par Mommsen pour comparer les différents manuscrits via des outils lexicographiques (bon, je n’en ai jamais eu le courage :)).

Quelques années plus tard, alors que je comptais prendre la suite du travail et que Pascale Bourgain m’avait remis son nouveau manuscrit, j’ai réalisé que je ne pourrai pas encoder la suite : impossible de le caler dans mes priorités. J’ai donc repassé à contre cœur le fleuron (malheureusement, rien n’a abouti à ce jour et sans doute que rien ne sera fait vu qu’on me fait signe que l’édition électronique meurt à l’École nationales des chartes). En faisant le topo sur l’édition, je parle fièrement de la possibilié de pouvoir sortir les textes des deux manuscrits. Quelques jours plus tard mon chef d’alors vient me voir en disant qu’il avait discuté avec Pascale Bourgain. Et là, il m’a dit une des choses les plus tristes que j’ai pu entendre dans ma carrière : « on ne peut pas obtenir R à partir du fichier XML. » En éditant P, les élèves et Pascale Bourgain ne se sont référés que ponctuellement à R, lorsque le texte était faux ou problématique dans P. Ils n’ont édité que P, pas P et R. Toute une cathédrale qui s’écroule. Pas cool. j’ai été victime de l’arrogantia computatri scientifici : j’ai cru qu’une idée que je trouvais cool était en corrélation avec une idée qu’un historien avait trouvé cool.

Et finalement c’est tout le problème : il m’est apparu qu’il était plus facile de trouver un truc cool à faire en corrélation avec n’importe quel besoin informatique que quelque chose de lié à la recherche en histoire. Au fur et à mesure de mon travail à l’École nationale des chartes, je me suis dirigé vers l’administration système et réseau, jusqu’à réaliser que je pouvais vraiment m’amuser sans les historiens. Cela ne veut pas dire que je ne veux plus m’amuser avec eux, mais que si je décide de le refaire il faudra que l’on se mette bien d’accord sur les trucs cools. Je suis sûr qu’il y en a plein.


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

Une réflexion au sujet de « Arrogantia computatri scientifici »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.