La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre

Le thème du jour vous surprend sans doute vu qu’il n’a pas l’air franchement lié avec le sujet de ce carnet : informatique et histoire. Je m’y intéresse parce que :

  •  je ne rejette pas la possibilité de travailler à nouveau en tant qu’informaticien pour des historiens (ça peut même me faire envie) ;
  • il m’arrive aussi d’envisager aller enseigner l’histoire dans le secondaire (je sais, je suis fou).

Dans les deux cas, la question du genre m’intéresse.

En me promenant il y a quelques semaines dans les allées des rendez-vous de l’histoire à Blois, j’ai croisé le stand de l’association Mnemosyne. J’y ai feuilleté leur manuel scolaire : la place des femmes dans l’histoire. J’avais déjà lu que c’était l’exception qui proposait une histoire mixte parmi les autres manuels d’histoire. Après un coup d’œil sur le sommaire et quelques pages  j’ai eu très envie de l’acheter.

En fait vous pouvez aussi arrêter tout de suite ce que vous êtes en train de faire, vous procurez ce livre, le lire et revenir me lire :).

Continuer la lecture de La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre

Arrogantia computatri scientifici

Un de mes principaux moteurs dans la vie à toujours été de faire des trucs cools. Demandez moi comment je pense résoudre un problème, je réponds « de la manière la plus cool possible » (comme ne pas utiliser PHP). En général ça ne passe pas très bien. Mes parents me disaient « dans la vie on ne fait pas toujours des trucs cools. » Lors des entretiens pour une maîtrise d’histoire on m’a répondu à plusieurs reprises « je pense que vous n’avez rien compris à l’histoire, nous ne sommes pas là pour faire des trucs cools, mais pour faire ce qu’il reste à faire. On ne travaille pas sur des trucs cools, on travaille sur des sources qui existent et ne sont pas encore exploitées. » Mes collègues aujourd’hui me répondent souvent « mais tu es dingue ! Avec la RGPP on peut pas se permettre de faire des trucs cools, il faut faire des trucs utiles pour prouver que l’on serve à quelque chose. » Bref, toute ma vie on a voulu me brimer. C’est dégoûtant.

C’est d’autant plus mesquin que je suis convaincu que tout le monde cherche à faire des trucs cools, mais le cache derrière une fausse couche de rabat-joie pour se donner un air sérieux et important. Moi aussi, je passe une partie des mes journées à faire des choses pénibles qui doivent être faites, mais mon moteur, c’est de faire des trucs cools. Je ne vois pas pourquoi je mettrais en avant les trucs pénibles. C’est une des raisons pour laquelle je me suis tourné vers l’informatique : c’est super cool. La seule chose qu’il reste à faire c’est d’arriver à mettre en corrélation les choses qui amusent avec une activité qui permette de vivre et payer ses impôts. C’est la phase compliquée, mais ça existe. Par exemple j’ai pu énormément m’amuser à faire de l’informatique pour les historiens.

Continuer la lecture de Arrogantia computatri scientifici