L’informaticien est-il un être binaire ?

Le processus de préparation d’un programme pour un ordinateur est particulièrement attirant, pas seulement parce que cela peut être rémunérateur d’un point de vue économique ou scientifique, mais aussi parce que cela peut être une expérience esthétique comme composer de la poésie ou de la musique.

Art of Computer Programming, Donald Knuth.

Il m’est souvent arrivé d’être confronté à un certain mépris de l’informatique qui s’exprime sous ce genre de forme : « Tout ça ce ne sont QUE des zéros et des uns », « ce dont je parle, c’est plus compliqué que de l’informatique : ce n’est pas du binaire ». On croirait que dans un ordinateur ou le cerveau d’un informaticien, il n’y a qu’un « 1 » et un « 0 » et qu’on peut réduire toute leur richesse à ça. Un peu comme si on réduisait une œuvre littéraire en français aux vingt-six lettres que l’on utilise pour écrire cette langue. Ada Lovelace fut confrontée au problème au début du XIXe siècle, avec la machine de Babage :

Beaucoup de gens, peu au fait des études mathématiques, imaginent que parce que le travail de la machine [analytique de Babage] est de donner ses résultats dans une notation numérique, la nature de ses processus doit être par conséquent arithmétique et numérique, plutôt qu’algébrique et analytique. C’est une erreur. La machine peut arranger et combiner ses quantités numériques exactement comme si elles étaient des lettres ou tout autre symbole ; et en fait, elle pourrait donner ses résultats en notation algébrique, si ses dispositions étaient prévues en conséquence.

Continuer la lecture de L’informaticien est-il un être binaire ?

Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?

Assez régulièrement j’entends des gens expliquer à d’autres (notamment des gens issus des SHS) ce qu’est un ordinateur. Parfois ils disent quelque chose comme : « un ordinateur, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’un ordinateur ». J’ai alors envie de décrire à la même personne une perceuse : « une perceuse, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’une perceuse ». Ha.

Vous n’aviez peut-être jamais pensé la perceuse intelligente ? On ne conçoit pas la perceuse douée d’une pensée, donc on ne la pense même pas bête. Si vous percez un trou trop gros, trop petit, au mauvais endroit, ce n’est pas la perceuse qui est bête, c’est vous. Si la perceuse est mal fichue, mal conçue, ce n’est pas elle qui est bête, mais la personne qui l’a construite ou conçue. C’est la même chose pour un ordinateur.

Continuer la lecture de Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?