Arrogantia computatri scientifici

Un de mes principaux moteurs dans la vie à toujours été de faire des trucs cools. Demandez moi comment je pense résoudre un problème, je réponds « de la manière la plus cool possible » (comme ne pas utiliser PHP). En général ça ne passe pas très bien. Mes parents me disaient « dans la vie on ne fait pas toujours des trucs cools. » Lors des entretiens pour une maîtrise d’histoire on m’a répondu à plusieurs reprises « je pense que vous n’avez rien compris à l’histoire, nous ne sommes pas là pour faire des trucs cools, mais pour faire ce qu’il reste à faire. On ne travaille pas sur des trucs cools, on travaille sur des sources qui existent et ne sont pas encore exploitées. » Mes collègues aujourd’hui me répondent souvent « mais tu es dingue ! Avec la RGPP on peut pas se permettre de faire des trucs cools, il faut faire des trucs utiles pour prouver que l’on serve à quelque chose. » Bref, toute ma vie on a voulu me brimer. C’est dégoûtant.

C’est d’autant plus mesquin que je suis convaincu que tout le monde cherche à faire des trucs cools, mais le cache derrière une fausse couche de rabat-joie pour se donner un air sérieux et important. Moi aussi, je passe une partie des mes journées à faire des choses pénibles qui doivent être faites, mais mon moteur, c’est de faire des trucs cools. Je ne vois pas pourquoi je mettrais en avant les trucs pénibles. C’est une des raisons pour laquelle je me suis tourné vers l’informatique : c’est super cool. La seule chose qu’il reste à faire c’est d’arriver à mettre en corrélation les choses qui amusent avec une activité qui permette de vivre et payer ses impôts. C’est la phase compliquée, mais ça existe. Par exemple j’ai pu énormément m’amuser à faire de l’informatique pour les historiens.

Continuer la lecture de Arrogantia computatri scientifici

DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu

Nous avons vu dans le billet précédent que Paul fustigeait les bonnes pratiques, voici la suite. Dans ce billet je voudrais répondre à la question : doit-on suivre les bonnes pratiques ? J’hésite entre le « oui mais non » ou le « non mais oui ». En tout cas oui il faut en parler et oui il y a un problème.

Pour illustrer notre souci, imaginons que l’on veuille faire un pot-au-feu : on achète de la viande bio à un boucher artisanal, des légumes bio chez un maraîcher. On met les ingrédients dans la cocotte pleine d’eau et on laisse cuire une heure sans pression. On sert les invités avec des assiettes et des couverts produits par des grands designers. Les invités goûtent et disent tous : « c’est dégueulasse ». Pourtant on a assuré à mort sur la bonne pratique ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe. Avoir été nul sur la bonne pratique cuisson correcte a gâché tout le plat et on n’arrive pas à répondre à notre besoin qui était : bien manger. En étant moins bon sur ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe et meilleur sur cuisson correcte on aurait pu répondre au besoin. C’est l’un des soucis que j’ai pu voir dans les Digital Humanities : s’accrocher mordicus à certains éléments et oublier l’essentiel, oublier le besoin.

On a toujours besoin de bien manger.

Continuer la lecture de DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu