Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

Les débats à l’Assemblée nationale sur l’ouverture du mariage aux couples du même sexe se sont déroulés du 29 janvier au 12 janvier 2013. Je suis personnellement resté collé aux directs, les ai commentés comme beaucoup d’autres sur twitter via le hashtag #DirectAN, je suivais aussi avec attention les comptes rendus de Yagg et du collectif le mariage pour tous (pour vous donner une idée du camp que j’avais choisi). Une fois la loi votée, une fois l’émotion retombée, tout cela me laissait un petit goût d’inachevé. Je voulais rejeter un œil sur les débats, retrouver les expressions, les comparer. Il se trouve que tous les comptes rendus de séance sont publics, que mon travail à l’École nationale des chartes m’avait amené à passer du texte à la moulinette. Hé bien depuis une semaine, je mouline, je mouline et il est temps de rendre quelque chose : d’abord qu’est-ce qui a été mouliné et comment (Datalove) et quelques chiffres amusants (Datafun).

Continuer la lecture de Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

L’informaticien est-il un être binaire ?

Le processus de préparation d’un programme pour un ordinateur est particulièrement attirant, pas seulement parce que cela peut être rémunérateur d’un point de vue économique ou scientifique, mais aussi parce que cela peut être une expérience esthétique comme composer de la poésie ou de la musique.

Art of Computer Programming, Donald Knuth.

Il m’est souvent arrivé d’être confronté à un certain mépris de l’informatique qui s’exprime sous ce genre de forme : « Tout ça ce ne sont QUE des zéros et des uns », « ce dont je parle, c’est plus compliqué que de l’informatique : ce n’est pas du binaire ». On croirait que dans un ordinateur ou le cerveau d’un informaticien, il n’y a qu’un « 1 » et un « 0 » et qu’on peut réduire toute leur richesse à ça. Un peu comme si on réduisait une œuvre littéraire en français aux vingt-six lettres que l’on utilise pour écrire cette langue. Ada Lovelace fut confrontée au problème au début du XIXe siècle, avec la machine de Babage :

Beaucoup de gens, peu au fait des études mathématiques, imaginent que parce que le travail de la machine [analytique de Babage] est de donner ses résultats dans une notation numérique, la nature de ses processus doit être par conséquent arithmétique et numérique, plutôt qu’algébrique et analytique. C’est une erreur. La machine peut arranger et combiner ses quantités numériques exactement comme si elles étaient des lettres ou tout autre symbole ; et en fait, elle pourrait donner ses résultats en notation algébrique, si ses dispositions étaient prévues en conséquence.

Continuer la lecture de L’informaticien est-il un être binaire ?

Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?

Assez régulièrement j’entends des gens expliquer à d’autres (notamment des gens issus des SHS) ce qu’est un ordinateur. Parfois ils disent quelque chose comme : « un ordinateur, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’un ordinateur ». J’ai alors envie de décrire à la même personne une perceuse : « une perceuse, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’une perceuse ». Ha.

Vous n’aviez peut-être jamais pensé la perceuse intelligente ? On ne conçoit pas la perceuse douée d’une pensée, donc on ne la pense même pas bête. Si vous percez un trou trop gros, trop petit, au mauvais endroit, ce n’est pas la perceuse qui est bête, c’est vous. Si la perceuse est mal fichue, mal conçue, ce n’est pas elle qui est bête, mais la personne qui l’a construite ou conçue. C’est la même chose pour un ordinateur.

Continuer la lecture de Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?

Arrogantia computatri scientifici

Un de mes principaux moteurs dans la vie à toujours été de faire des trucs cools. Demandez moi comment je pense résoudre un problème, je réponds « de la manière la plus cool possible » (comme ne pas utiliser PHP). En général ça ne passe pas très bien. Mes parents me disaient « dans la vie on ne fait pas toujours des trucs cools. » Lors des entretiens pour une maîtrise d’histoire on m’a répondu à plusieurs reprises « je pense que vous n’avez rien compris à l’histoire, nous ne sommes pas là pour faire des trucs cools, mais pour faire ce qu’il reste à faire. On ne travaille pas sur des trucs cools, on travaille sur des sources qui existent et ne sont pas encore exploitées. » Mes collègues aujourd’hui me répondent souvent « mais tu es dingue ! Avec la RGPP on peut pas se permettre de faire des trucs cools, il faut faire des trucs utiles pour prouver que l’on serve à quelque chose. » Bref, toute ma vie on a voulu me brimer. C’est dégoûtant.

C’est d’autant plus mesquin que je suis convaincu que tout le monde cherche à faire des trucs cools, mais le cache derrière une fausse couche de rabat-joie pour se donner un air sérieux et important. Moi aussi, je passe une partie des mes journées à faire des choses pénibles qui doivent être faites, mais mon moteur, c’est de faire des trucs cools. Je ne vois pas pourquoi je mettrais en avant les trucs pénibles. C’est une des raisons pour laquelle je me suis tourné vers l’informatique : c’est super cool. La seule chose qu’il reste à faire c’est d’arriver à mettre en corrélation les choses qui amusent avec une activité qui permette de vivre et payer ses impôts. C’est la phase compliquée, mais ça existe. Par exemple j’ai pu énormément m’amuser à faire de l’informatique pour les historiens.

Continuer la lecture de Arrogantia computatri scientifici

DH et Steampunk (1) : Des différences entre historiens et astrophysiciens

Il y a quelques jours j’ai vu déferler un grand nombre de tweets en #tcp2012 rapportant les propos de Paul Bertrand au That Camp 2012. Dans son discours provocateur, Paul regrette que les Digital Humanities n’aient pas pleinement intégré le progrès et soient restées à l’ère de la vapeur. Ce texte m’a rappelé de nombreux souvenirs du temps où je travaillais pour des historiens dont Paul. Cela m’a donné envie de réagir.

Continuer la lecture de DH et Steampunk (1) : Des différences entre historiens et astrophysiciens