L’informaticien est-il un être binaire ?

Le processus de préparation d’un programme pour un ordinateur est particulièrement attirant, pas seulement parce que cela peut être rémunérateur d’un point de vue économique ou scientifique, mais aussi parce que cela peut être une expérience esthétique comme composer de la poésie ou de la musique.

Art of Computer Programming, Donald Knuth.

Il m’est souvent arrivé d’être confronté à un certain mépris de l’informatique qui s’exprime sous ce genre de forme : « Tout ça ce ne sont QUE des zéros et des uns », « ce dont je parle, c’est plus compliqué que de l’informatique : ce n’est pas du binaire ». On croirait que dans un ordinateur ou le cerveau d’un informaticien, il n’y a qu’un « 1 » et un « 0 » et qu’on peut réduire toute leur richesse à ça. Un peu comme si on réduisait une œuvre littéraire en français aux vingt-six lettres que l’on utilise pour écrire cette langue. Ada Lovelace fut confrontée au problème au début du XIXe siècle, avec la machine de Babage :

Beaucoup de gens, peu au fait des études mathématiques, imaginent que parce que le travail de la machine [analytique de Babage] est de donner ses résultats dans une notation numérique, la nature de ses processus doit être par conséquent arithmétique et numérique, plutôt qu’algébrique et analytique. C’est une erreur. La machine peut arranger et combiner ses quantités numériques exactement comme si elles étaient des lettres ou tout autre symbole ; et en fait, elle pourrait donner ses résultats en notation algébrique, si ses dispositions étaient prévues en conséquence.

Continuer la lecture de L’informaticien est-il un être binaire ?

La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre

Le thème du jour vous surprend sans doute vu qu’il n’a pas l’air franchement lié avec le sujet de ce carnet : informatique et histoire. Je m’y intéresse parce que :

  •  je ne rejette pas la possibilité de travailler à nouveau en tant qu’informaticien pour des historiens (ça peut même me faire envie) ;
  • il m’arrive aussi d’envisager aller enseigner l’histoire dans le secondaire (je sais, je suis fou).

Dans les deux cas, la question du genre m’intéresse.

En me promenant il y a quelques semaines dans les allées des rendez-vous de l’histoire à Blois, j’ai croisé le stand de l’association Mnemosyne. J’y ai feuilleté leur manuel scolaire : la place des femmes dans l’histoire. J’avais déjà lu que c’était l’exception qui proposait une histoire mixte parmi les autres manuels d’histoire. Après un coup d’œil sur le sommaire et quelques pages  j’ai eu très envie de l’acheter.

En fait vous pouvez aussi arrêter tout de suite ce que vous êtes en train de faire, vous procurez ce livre, le lire et revenir me lire :).

Continuer la lecture de La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre