Les bases de données steampunk des SHS

Vous avez sans doute croisé pas mal de gens qui ont fait une base de données pour leur thèse. Vous avez sans doute travaillé au sein d’un labo alimentant une base de données sous Access ou FileMaker Pro. Avez-vous recroisé ces données ? En lisant une thèse ayant nécessité la création de base de données spécifique, avez-vous eu accès à ladite base pour vérifier les résultats obtenus ? Avez-vous accès aux bases montées par la plupart des labos pour leur travail ? Dix ans plus tard, pouvez-vous accéder aux bases de données qui ont permis l’écriture d’un travail ?

C’est souvent difficile : on a perdu les fichiers, on ne sait plus comment c’était fait, machin a mis la main dessus et refuse l’accès aux autres. La base de données en SHS a deux statuts : la fiche jetable et/ou la précieuse propriété intellectuelle qu’il faut protéger du plagiat. Ces bases de données sont mortes-nées. Pourtant une base de donnée devrait être conçue comme une édition scientifique : quelque chose qui doit être publié et servir à tous.

Continuer la lecture de Les bases de données steampunk des SHS

DH et steampunk (5) : Conclusion

Je n’ai plus grand chose à dire sur la conférence de Paul Bertrand au ThatCamp 2012 à part sans doute merci. Merci à Sophie Derrot pour ses tweets qui m’ont collé au hashtag #tcp2012, merci à Pierre Mounier d’avoir sorti aussi rapidement des nons-actes me permettant de découvrir tous les détails. Merci à Paul de donner des coups de pied dans la fourmilière comme seul un fan de Motörhead sait le faire. Merci enfin pour les encouragements et les retours sur ces quatre billets. Tout cela m’a rendu très joyeux.

Je ne sais pas bien comment sortir les Digital Humanities du steampunk, mais en attendant, j’ai un beau carnet tout neuf, et je compte le noircir :). Merci.

DH et steampunk (4) : Bonnes pratiques et évangélisme

Avez-vous déjà essayé de proposer une idée nouvelle devant une majorité de gens qui n’ont aucune idée de ce dont vous parlez et à qui vous demandez de changer leur manière de travailler au quotidien ? C’est dur, voire impossible. Pour pouvoir le faire, il faut être prêt à tout et dégager une énergie capable de soulever les montagnes. Ce n’est pas à la portée de tous. Ceux qui le font se voient souvent accoler des étiquettes comme « leader », « évangéliste », « prosélyte » ou autres emmerdeurs de tout poil.

C’est un point que Paul n’a pas abordé durant sa présentation lorsqu’il a parlé des bonnes pratiques. Pourtant les bonnes pratiques ont leurs VRP qui travaillent jour et nuit à à leur valorisation. Ils sont à la fois très utiles voire indispensables pour avancer et  en même temps peuvent être horriblement bloquant et même pénible. Pour en finir avec cette série sur les bonnes pratiques je vous livre quelques anecdotes et réflexions sur mes relations avec l’évangélisme.

Continuer la lecture de DH et steampunk (4) : Bonnes pratiques et évangélisme

DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu

Nous avons vu dans le billet précédent que Paul fustigeait les bonnes pratiques, voici la suite. Dans ce billet je voudrais répondre à la question : doit-on suivre les bonnes pratiques ? J’hésite entre le « oui mais non » ou le « non mais oui ». En tout cas oui il faut en parler et oui il y a un problème.

Pour illustrer notre souci, imaginons que l’on veuille faire un pot-au-feu : on achète de la viande bio à un boucher artisanal, des légumes bio chez un maraîcher. On met les ingrédients dans la cocotte pleine d’eau et on laisse cuire une heure sans pression. On sert les invités avec des assiettes et des couverts produits par des grands designers. Les invités goûtent et disent tous : « c’est dégueulasse ». Pourtant on a assuré à mort sur la bonne pratique ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe. Avoir été nul sur la bonne pratique cuisson correcte a gâché tout le plat et on n’arrive pas à répondre à notre besoin qui était : bien manger. En étant moins bon sur ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe et meilleur sur cuisson correcte on aurait pu répondre au besoin. C’est l’un des soucis que j’ai pu voir dans les Digital Humanities : s’accrocher mordicus à certains éléments et oublier l’essentiel, oublier le besoin.

On a toujours besoin de bien manger.

Continuer la lecture de DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu

DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards

Suite du précédent article qui s’intéresse à quelques autres lignes du texte de Paul, où il attaque cette fois les bonnes pratiques :

Enfin, et là je vais jeter un gros pavé dans la mare, il faut parler des bonnes pratiques. Parce que les bonnes pratiques sont peut-être une excellente chose, mais elles sont aussi un frein. Tout d’abord il faudrait voir exactement ce qu’il y a derrière, car c’est aussi un terme dont on se gargarise, il faut bien l’avouer. Par exemple, on se focalise sur l’archivage – je ne dis pas que ce n’est pas important –, on se focalise sur la structuration et la possibilité de mise en opérabilité, et on oublie (ou en tous cas on ne se positionne pas) sur le reste. On ne se positionne pas sur l’innovation conceptuelle par exemple, sur l’enrichissement sémantique, sur la granularité des outils d’interrogation, ou simplement sur la décomposition de ces fameuses données. J’ai peur qu’on se contente de bonnes pratiques aujourd’hui dans les digital humanities et que l’on renonce à un certain devoir d’audace.

 

En quelques lignes, Paul me donne envie de beaucoup parler. Je vais être obligé de faire plusieurs billets sur les bonnes pratiques, celui-ci est le premier, il concerne les standards (j’utilise ici standard au sens anglo-saxon et ne parlerai pas de norme).

Continuer la lecture de DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards

DH et Steampunk (1) : Des différences entre historiens et astrophysiciens

Il y a quelques jours j’ai vu déferler un grand nombre de tweets en #tcp2012 rapportant les propos de Paul Bertrand au That Camp 2012. Dans son discours provocateur, Paul regrette que les Digital Humanities n’aient pas pleinement intégré le progrès et soient restées à l’ère de la vapeur. Ce texte m’a rappelé de nombreux souvenirs du temps où je travaillais pour des historiens dont Paul. Cela m’a donné envie de réagir.

Continuer la lecture de DH et Steampunk (1) : Des différences entre historiens et astrophysiciens