Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (2) : stéréotypes et idéologie de genre

Nous voulons détruire la famille et cette société parce qu’elles nous ont toujours opprimés. Pour nous, l’homosexualité n’est pas un moyen d’abattre la société, elle est d’abord notre situation et la société nous contraint à la combattre.
Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), Adresse à ceux qui sont comme nous (1971).

Il y a quarante ans le FHAR proposait de désintégrer la famille et la société. Aujourd’hui les associations LGBT, le gouvernement, la majorité parlementaire se battent pour que les couples homosexuels bénéficient des mêmes droits que les couples hétérosexuels : être pleinement intégrés dans la société et constituer des familles similaires. Il n’y a pas de rapport entre l’inter-LGBT, l’action du gouvernement et les propositions du FHAR. Pourtant le discours de la droite prédit que l’action des lobbys gais et du gouvernements amèneront le même résultat. Il peuvent même prétendre que c’est leur intention cachée1. L’action de normalisation, d’intégration qui est menée par le gouvernement est relativement conservatrice : une vieille institution aux formes rigides s’ouvrirait à des couples qui se comportent en tous points comme des couples de sexes différents. Du coup, la crispation conservatrice pour empêcher ce projet de loi m’a surpris2. De plus, le point de vue des député.e.s sur les rôles des genres, et leur propre conformité aux stéréotypes de genre, m’ont donné le sentiment que le genre était une des clefs essentielles pour comprendre ce débat.  Voilà les raisons qui me poussent à étudier ces textes : trouver ce qu’il y a de conservateur ou de progressiste dedans, voir à quel moment député.e.s de gauche ou de droite se ressemblent, se différencient.

Continuer la lecture de Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (2) : stéréotypes et idéologie de genre

  1. « Vous ne pourrez pas longtemps cacher au peuple votre volonté de détruire la famille », Philippe Meunieur, <http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2012-2013/20130130.asp#P6708_0468>, consulté le 2013-03-20. []
  2. En fait, je me serais plus attendu à ce type de réaction si le gouvernement avait proposé de supprimer la propriété, de collectiviser les enfants ou de se lancer dans le soleil vert. []

Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

Les débats à l’Assemblée nationale sur l’ouverture du mariage aux couples du même sexe se sont déroulés du 29 janvier au 12 janvier 2013. Je suis personnellement resté collé aux directs, les ai commentés comme beaucoup d’autres sur twitter via le hashtag #DirectAN, je suivais aussi avec attention les comptes rendus de Yagg et du collectif le mariage pour tous (pour vous donner une idée du camp que j’avais choisi). Une fois la loi votée, une fois l’émotion retombée, tout cela me laissait un petit goût d’inachevé. Je voulais rejeter un œil sur les débats, retrouver les expressions, les comparer. Il se trouve que tous les comptes rendus de séance sont publics, que mon travail à l’École nationale des chartes m’avait amené à passer du texte à la moulinette. Hé bien depuis une semaine, je mouline, je mouline et il est temps de rendre quelque chose : d’abord qu’est-ce qui a été mouliné et comment (Datalove) et quelques chiffres amusants (Datafun).

Continuer la lecture de Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

Arrogantia computatri scientifici

Un de mes principaux moteurs dans la vie à toujours été de faire des trucs cools. Demandez moi comment je pense résoudre un problème, je réponds « de la manière la plus cool possible » (comme ne pas utiliser PHP). En général ça ne passe pas très bien. Mes parents me disaient « dans la vie on ne fait pas toujours des trucs cools. » Lors des entretiens pour une maîtrise d’histoire on m’a répondu à plusieurs reprises « je pense que vous n’avez rien compris à l’histoire, nous ne sommes pas là pour faire des trucs cools, mais pour faire ce qu’il reste à faire. On ne travaille pas sur des trucs cools, on travaille sur des sources qui existent et ne sont pas encore exploitées. » Mes collègues aujourd’hui me répondent souvent « mais tu es dingue ! Avec la RGPP on peut pas se permettre de faire des trucs cools, il faut faire des trucs utiles pour prouver que l’on serve à quelque chose. » Bref, toute ma vie on a voulu me brimer. C’est dégoûtant.

C’est d’autant plus mesquin que je suis convaincu que tout le monde cherche à faire des trucs cools, mais le cache derrière une fausse couche de rabat-joie pour se donner un air sérieux et important. Moi aussi, je passe une partie des mes journées à faire des choses pénibles qui doivent être faites, mais mon moteur, c’est de faire des trucs cools. Je ne vois pas pourquoi je mettrais en avant les trucs pénibles. C’est une des raisons pour laquelle je me suis tourné vers l’informatique : c’est super cool. La seule chose qu’il reste à faire c’est d’arriver à mettre en corrélation les choses qui amusent avec une activité qui permette de vivre et payer ses impôts. C’est la phase compliquée, mais ça existe. Par exemple j’ai pu énormément m’amuser à faire de l’informatique pour les historiens.

Continuer la lecture de Arrogantia computatri scientifici

DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards

Suite du précédent article qui s’intéresse à quelques autres lignes du texte de Paul, où il attaque cette fois les bonnes pratiques :

Enfin, et là je vais jeter un gros pavé dans la mare, il faut parler des bonnes pratiques. Parce que les bonnes pratiques sont peut-être une excellente chose, mais elles sont aussi un frein. Tout d’abord il faudrait voir exactement ce qu’il y a derrière, car c’est aussi un terme dont on se gargarise, il faut bien l’avouer. Par exemple, on se focalise sur l’archivage – je ne dis pas que ce n’est pas important –, on se focalise sur la structuration et la possibilité de mise en opérabilité, et on oublie (ou en tous cas on ne se positionne pas) sur le reste. On ne se positionne pas sur l’innovation conceptuelle par exemple, sur l’enrichissement sémantique, sur la granularité des outils d’interrogation, ou simplement sur la décomposition de ces fameuses données. J’ai peur qu’on se contente de bonnes pratiques aujourd’hui dans les digital humanities et que l’on renonce à un certain devoir d’audace.

 

En quelques lignes, Paul me donne envie de beaucoup parler. Je vais être obligé de faire plusieurs billets sur les bonnes pratiques, celui-ci est le premier, il concerne les standards (j’utilise ici standard au sens anglo-saxon et ne parlerai pas de norme).

Continuer la lecture de DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards