DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards

Suite du précédent article qui s’intéresse à quelques autres lignes du texte de Paul, où il attaque cette fois les bonnes pratiques :

Enfin, et là je vais jeter un gros pavé dans la mare, il faut parler des bonnes pratiques. Parce que les bonnes pratiques sont peut-être une excellente chose, mais elles sont aussi un frein. Tout d’abord il faudrait voir exactement ce qu’il y a derrière, car c’est aussi un terme dont on se gargarise, il faut bien l’avouer. Par exemple, on se focalise sur l’archivage – je ne dis pas que ce n’est pas important –, on se focalise sur la structuration et la possibilité de mise en opérabilité, et on oublie (ou en tous cas on ne se positionne pas) sur le reste. On ne se positionne pas sur l’innovation conceptuelle par exemple, sur l’enrichissement sémantique, sur la granularité des outils d’interrogation, ou simplement sur la décomposition de ces fameuses données. J’ai peur qu’on se contente de bonnes pratiques aujourd’hui dans les digital humanities et que l’on renonce à un certain devoir d’audace.

 

En quelques lignes, Paul me donne envie de beaucoup parler. Je vais être obligé de faire plusieurs billets sur les bonnes pratiques, celui-ci est le premier, il concerne les standards (j’utilise ici standard au sens anglo-saxon et ne parlerai pas de norme).

Continuer la lecture de DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards