Le vilain petit canard, le chat, la poule et le concours ITRF

Les oraux que j’ai pu passer pour les postes d’ITRF BAP E (en gros, informaticien dans le ministère de l’enseignement supérieur) se sont en général bien passés, avec des échanges intéressants voire stimulants. Malheureusement, j’ai aussi connu des moments moins plaisants avec des jurys qui me rappellent le chat et la poule dans Le vilain petit canard de l’éditeur les Belles histoires, très joliment illustré par Ulises Wensell :

Notice BnF : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb445029554

Il y a toujours un moment étrange où l’on est face à quelqu’un qui se moque de savoir ce que vous savez ou si vous faites bien votre travail. Il cherche à savoir si vous savez ce que lui sait et si vous faites les choses comme lui les fait. Il profitera éventuellement de votre ignorance ou de votre différence pour vous mépriser cordialement.

Je me présente en général comme un admin système et réseau, spécialiste de Linux, *BSD, qui aime bien aussi développer. Un jour, je postulais pour un poste dans un établissement pour gérer des serveurs Linux, un parc mixte Linux-Windows avec quelques dossiers partagés. Le but affiché de l’établissement à l’époque était de privilégier les logiciels libres, d’étudier la possibilité de migrer tous ses postes sur Linux. Vu le contexte, je n’ai pas bien compris pourquoi un membre du jury m’a seriné de questions sur le monde Windows notamment sur Active Directory, les clients légers, les forêts de domaines et autres. Alors oui, je n’ai pas su répondre à toutes les questions, je me suis planté quelque part et il m’a ri au nez en disant que je prouvais bien mon incompétence sur le sujet. Voilà, j’étais incompétent dans une technologie que je n’avais pas spécialement envie de connaître, que je ne prétendais pas bien connaître, qui n’était pas demandée à ce niveau de compétence pour ce poste précis, qui n’était pas utilisée de manière aussi poussée dans l’établissement en question, et qui à ce jour encore n’est pas indispensable pour trouver facilement un poste d’ingénieur d’étude dans l’ESR. Cela n’aurait pu être que ridicule, mais le membre du jury en question a pris plaisir à m’humilier et à se moquer de moi.

À l’époque, je savais déjà installer des services réseaux de tous types et les maintenir. Je gérais un parc de clients (majoritairement Windows) qui n’avaient jamais eu aussi peu de problèmes, j’avais mis en place des politiques de moindre privilège sur le pare-feux qui n’avaient jamais été mises en place (par exemple, avant ça, le monde entier pouvait imprimer sur les imprimantes. Via le réseau.). Nan. Ça il s’en foutait. Je n’étais pas en mesure de déployer une forêt de domaines Windows dans un établissement qui n’en voulait pas, j’étais un crétin.

Il y a aussi une fois où deux membres du jury étaient déchaînés et se sont acharnés sur moi. Je ne correspondais pas du tout à ce qu’ils voulaient et ils me l’ont signifié en me regardant de travers, en me parlant brutalement et en me disant que je n’avais rien à faire là de manière plus ou moins directe. Je n’ose pas imaginer comment ils reçoivent les gens qui toquent à leur porte par erreur. Peut-être en leur expliquant qu’ils ont raté leur vie ? Enfin bref, au milieu de cette débâcle, il y avait des gens qui posaient des questions normales, mais mes réponses ne suscitaient en retour que le silence exprimé par leurs poker faces. Puis, un membre relativement bienveillant m’a fait une sortie classique que je n’avais pas vu venir : celle de la question générale à réponse unique et précise.

« Que faites-vous quand vos collègues expriment un besoin auprès de vous ? ». J’ai répondu que je cherchais à bien comprendre le besoin et que je passais le temps nécessaire à ce qu’on me l’explique bien. J’explique que j’ai vu beaucoup de besoins mal exprimés ou mal compris de ma part et que je cherche à l’éviter. Ensuite, quand je crois avoir compris, j’essaye de faire une maquette pour revenir vers les utilisateurs et m’assurer que j’ai bien compris le besoin. Ceci pour éviter de partir trop loin dans une mauvaise direction. Gros choc dans la salle. L’homme a l’air atterré, « vous codez tout de suite ?
— Non, j’écris une maquette quand je crois avoir compris le besoin pour vérifier que je l’ai bien compris auprès de mes collègues.
— Mais… Vous ne faites pas de cahier des charges ? »

Ha merde, c’est ça qu’il voulait. Je n’ai pas dit « cahier des charges ». Il faut dire que je me vois plutôt côté maîtrise d’œuvre que côté maîtrise d’ouvrage et franchement, un cahier des charges en interne dans des établissements de taille petite ou moyenne ? Je sais qu’ils le font dans des gros bouclards comme la BnF, mais en 10 ans d’expérience dans les établissements que je fréquente, pour tout ce qui se fait en interne, on se met d’accord en se mettant dans une même salle avec un tableau blanc, des feutres qui marchent, des crayons, des petits carnets, un calendrier et hop c’est parti mon kiki. Alors oui, ça ne vend pas du rêve. « Parler, écrire, papier, crayon, tableau blanc… » c’est un champ lexical qu’il faut peut-être éviter lorsque l’on veut faire de la nouvelle technologie innovante et disruptive, ou bien du développement encadré par des bonnes pratiques chichiteuses. Bon, ça marche, il y a plein de gens qui travaillent bien comme ça, il me suffit de les trouver. Je n’avais rien à faire avec eux, mais ils n’avaient pas besoin d’être aussi méprisants pour me le faire comprendre.

Je ne m’explique pas la violence de ces deux entretiens-là. J’aurais pu tomber sur pire cela dit. J’ai eu un collègue qui prenait plaisir à chercher des points de droits très précis pour piéger les candidats et leur faire remarquer qu’ils étaient trop légers sur la question. Peut-être qu’il n’aurait pas été capable lui-même de répondre à ses propres questions. Ça me sidérait… Quel est l’intérêt d’avoir une érudition infaillible sur des points de détails quand on peut trouver ces derniers en quelques secondes via les moteurs de recherche ? Je ne parle pas des compétences de bases, mais du truc qu’il faut savoir faire quand la lune est rouge, que Saturne est alignée avec Mars et que la Légion danse le madison sur le toit de Notre-Dame de Paris.

Bref, ça ne changera sans doute pas, mais j’espère que la prochaine fois que vous serez dans un jury, pour recruter un administratif, un bibliothécaire, un chercheur, un schtroumpf, vous ne serez pas comme ça. Je me rassure en me disant que mes chefs font toujours la tête quand je leur annonce que je pars, ce qui me laisse espérer que je ne suis pas une fraude complète et que j’ai un peu de mérite dans mon métier.


Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.