De l’art de ne pas faire d’humanités numériques

Je viens de constater en regardant mon LinkedIn que dans quelques jours, j’aurais travaillé plus à la BULAC qu’à l’École des chartes. Quand j’alimentais ce carnet, mon espoir secret était de pouvoir retourner faire des humanités numériques dans un laboratoire quelconque. Je m’étais rendu compte à l’Observatoire de Paris que j’avais moins d’intérêt pour l’informatique quand j’étais coupé de la culture ou des sciences humaines. Un peu plus de six ans après avoir commencé ce carnet, je ne travaille toujours pas dans les humanités numériques. En fait, l’informatique n’est même plus tellement une passion ou un passe-temps, mais de plus en plus une activité alimentaire.

Je pensais que la BULAC serait un passage sympathique avant de me lancer à corps perdu dans les humanités numériques. Mais non, en fait je m’y suis senti bien. Si aujourd’hui je faisais autre chose, ce serait sans doute quelque chose de très différent.

« Clarinette ou humanités numériques ? Une question que se pose tous les jours Sabine Meyer »

Bon, je ne deviendrai sans doute pas clarinettiste professionnel. Malgré tous mes efforts depuis cinq ans je suis encore loin d’un niveau professionnel. Prof d’hébreu ? J’ai profité des collections de la BULAC et de la proximité de l’INALCO pour acquérir un sympathique niveau d’hébreu (je tiens à ce propos un blog formidable sur la langue et la culture israélienne). Enfin bon, il n’y avait pas de place au CAPES cette année. L’agreg est inaccessible, à moins que je me mette à l’araméen et l’hébreu bibliques. Non, non, je suis sans doute à la BULAC pour encore quelques temps.

Arik Einstein hésitant entre être le plus grand chanteur d’Israël ou faire des humanités numériques.

Travailler avec des conservateurs de bibliothèque a quelque chose de rassurant. Les deux principales caractéristiques qui les différencient de la plupart des chercheurs c’est qu’ils sont rompus à la gestion de projet et au travail collectif. Et ça, en tant que sbire, c’est assez appréciable. Enfin bref, la vie est belle en bibliothèque.

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.