Quand France culture parle d’Izraël

Cet article est une promenade discursive autour de la prononciation du mot « Israël » en français, en hébreu, en yiddish et en anglais. Sa finalité est de vous inviter à apprendre des tas de jolies langues étrangères, à l’Inalco ou à la BULAC par exemple. Quand j’écrirai des mots hébreu, j’utiliserai les translittérations ambigües qui se sont fixées dans nos langues. Quand je voudrais lever l’ambiguïté sur leur prononciation, j’utiliserai les caractères suivants :

r pour le son [R], c’est un r voisé légèrement roulé vers la gorge comme celui d’Édith Piaf quand elle chante « non rrrrien de rrrrien ». C’est en hébreu moderne le son le plus courant de la lettre hébraïque resh, ר.

kh pour le son [χ], c’est un r sourd bien raclé sur le palais au fond de la gorge, comme le « ch » de mot allemand « machen ». C’est en hébreu moderne le son le plus courant de la lettre hébraïque het, ח, ainsi que de la prononciation fricative de la lettre kaf, כ (qui a aussi une forme plosive [k] selon le contexte grammatical ou l’usage).

« Izraël » pour moi, c’était la prononciation anglaise d’Israël. Les Israéliens le prononcent eux-mêmes comme ça lorsqu’ils parlent anglais (comme Yair Lapid dans cette étrange passage). Le célèbre groupe de funk-hip-hop Hadag Nahash sortit même l’année dernière un album appelé וולקום טו יזראל, des mots pas du tout hébreu qui se lisent phonétiquement : Ouelcome tou Izrael. Jusque là tout va bien. Et puis un jour je déjeunai avec un vieux copain, un professionnel, un type qui fut secrétaire de rédaction pour des revues scientifiques et tout. Et d’un coup comme ça, il se mit à déblatérer sur Izraël. Izraël par ci, Izraël par là. Je le regardai et lui demandai s’il ne pouvait pas plutôt dire « Israël ». Il s’arrêta net sembla réfléchir avant d’avouer que oui, il n’y avait aucune raison d’appeler Israël « Izraël » en français.

Notez que même en imitant la prononciations anglaise « Izrael » Shaanan Streett, le chanteur fait une petite attaque glottale avant le « -el » que ne font pas les anglophones (Izra’el).

Et c’est depuis que je me rends compte que presque tout le monde dit « Izraël » de nos jours. En tous cas tous les journalistes de la matinale de France Culture. J’ai essayé de le leur signaler via twitter, mais j’ai l’impression qu’ils s’en battent les gonades. Est-ce que c’est nouveau ? J’ai du mal à m’en rendre compte (après tout, je lus « trash metal » au lieu de « thrash metal » pendant plus de vingt ans). Si c’est récent, un linguiste observerait sans s’émouvoir que la prononciation du mot Israël est en train de changer en français et que nous adoptons petit à petit la prononciation anglaise. D’ailleurs, on trouve des Israéliens parlant français le prononcer comme ça. Ont-ils adopté le mot comme prononciation étrangère officielle ?

Est-ce que c’est grave ? Non, pas tellement, je continuerai à dire « Israël » et je verrai bien si c’est moi ou France Culture qui gagnera. Bon, ils ont un pouvoir de diffusion un peu plus large que le mien, mais je ne m’arrêterai pas à ces détails. Est-ce que ma prononciation est meilleure, plus proche de la prononciation hébraïque que l’anglaise ? Heu… Oui et non. Oui parce que maintenant je prononce « Israël » comme le ferait un Israélien moyen : je fais vibrer mes cordes vocales lorsque je prononce le « r », je fais un [R], une consonne roulée uvulaire voisée comme on dit. Non parce que je pense que c’est une déformation personnelle sous l’influence de l’hébreu et qu’un français moyen ferait un « r » sourd léger à cet endroit, une consonne fricative uvulaire sourde ([χ]). C’est un de nos soucis à nous les Français quand nous apprenons l’hébreu. Nous ne différencions pas les sons « r » sourds des voisés. Pour nous c’est la même lettre et nous prononçons les deux sons en fonction des lettres qui l’entourent. En hébreu, il faut différencier, si je dis זה קרה, ze kara, je dis « c’est arrivé », si je dis זה ככה, ze kakha, je dis « c’est comme ça ». Il suffit parfois d’une petite métathèse pour semer le trouble. Par exemple un jour je faisais un entretien avec un éditeur-monteur israélien et je lui dit אתה עוכר, ata ‘okher, « tu es un destructeur » au lieu de אתה עורך, ata orekh « tu es un éditeur ». Je sentis un petit trouble de l’autre côté de la ligne et je ne compris pourquoi que quelques temps plus tard. Donc notre prononciation du mot « Israël » n’est pas si proche que ça de l’original. Enfin… L’original… Les Juifs yéménites prononcent le « r » vers les dents ([r]) quand la plupart des Israéliens prononcent le « r » façon ashkénaze au fond de la gorge. Attention, ne vous fiez pas à cet apport consonantique ashkénaze, en général l’hébreu israélien est plus proche de l’hébreu séfarade avec quelques consonnes ashkénisées. La prononciation ashkénaze véritable en yiddish ou en hébreu du mot Israël est… (accrochez-vous) « Isroël » (les Ashkénazes avant de s’acculturer au sionisme en Palestine collaient des « o » partout. Vous n’aviez jamais entendu parler du roi Dovid?). Et sinon l’académie hébraïque et les professeurs d’hébreu vous rappellent, s’il vous plaît, que l’on fait une petite attaque glottale avant le « -ël », Isra’ël, parce que c’est comme ça avant un aleph vocalisé. Quand nous autres francophones prononçons Israël « Izraël », j’ai l’impression que nous faisons naturellement un « r » voisé, [R]. Bref, nous déformons une consonne pour en prononcer une autre plus correctement selon l’usage, quand bien même il existe de toutes façons des tas de manières différentes de prononcer les consonnes et voyelles du mot « Israël » et que l’on est en mesure de les comprendre à peu près toutes. L’incident n’est pas d’une gravité énorme et quelle que soit la manière dont vous le prononcez, Netanyahu restera premier ministre et les colons rongeront petit à petit des territoires aux Palestiniens. Fichtre.

Il n’empêche que je ne suis pas habitué et que je sursaute à chaque fois que j’entends quelqu’un dire « Izraël ». Souvent le matin quand j’écoute France Culture. Tenez l’autre jour ils ont invité un expert pour parler des élections. Je me suis dit « Ha ! Ha ! Comment va-t-il prononcer Israël ? ». Tension. Attente. spéculations… Boum, « Izraël ». Ha. Merde, même les experts ils disent « Izraël » maintenant. Bon c’est qui ce zigue ? Un petit tour sur la page web de France Culture :

« Pour répondre à cette question, nous accueillons Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po Paris, auteur notamment de Main basse sur Israël : Netanyahou et la fin du rêve sioniste publié aux éditions La Découverte. »

Ha ok. Bon. Écoutons. Le type raconte son truc. En général je ne suis pas trop surpris par la radio française sur Israël parce que je suis l’actualité en hébreu et que j’ai écouté toutes sortes d’experts qui disent plus ou moins tout le temps la même chose. En écoutant je me dis que Filiu se situait dans la catégorie de ceux qui disent pas trop des conneries sans balancer des trucs super nouveaux non plus. Et puis il se met à parler du parti זהות, zehut. Il le prononce « zekhut » avec un « r » sourd, raclé et bien sonor à la place du « h », un [χ] plus exagéré que le même son prononcé habituellement en français de France. J’ai failli en recracher mon maté du matin par les narines. Et là boum, ça m’est tombé dessus : ce type ne se demande pas sur qui est en train d’hurler Rino Tzror quand il allume sa radio le lundi. Il ne se détend pas l’après-midi en écoutant les vieux classiques de Arba akhare atsohoraim. Il ne ricane pas bêtement avec les humoristes de Status Quo, ni ne se dit qu’il est bientôt l’heure de rentrer à la maison quand se finit Sfarim, rabotai, sfarim. Et ce n’est pas parce que sa radio préférée c’est Kan Bet plutôt que Galatz, c’est parce qu’il ne parle tout simplement pas hébreu.

Zehut, זהות est un nouveau petit parti dont la popularité surprit durant la campagne. Son chef, Moshe Feiglin est un allumé d’extrême droite qui veut légaliser le cannabis et construire le troisième temple, en toute simplicité. Ouf, il n’obtint pas de place à la knesset, il y avait déjà suffisamment de raisons de se lamenter. Zehut, ça veut dire identité et ça se prononce « zéoute ». La lettre ה (he) ne se prononce plus trop en hébreu moderne, un peu comme notre « h ». Vous pouvez l’aspirer, vous serez compris, c’est juste de moins en moins courant. En revanche, ce n’est pas un son [χ], non, non, non, jamais. Je fais aussi des tas de fautes en hébreu, mais celle-là, ce n’est pas possible.

Moshe Feiglin et un présentateur avec un keffyeh palestinien sur la tête se donnent des gifles sur le pieds. Le présentateur lui reproche de taper trop fort Feiglin répond avec dérision que c’est qu’il fait parti de l’extrême droite, des fascistes. Vous aurez beau étudier une culture, il y aura toujours des choses qui vous dépasseront.

Pourquoi notre expert s’est-il planté ? Hé bien en fait, parce que la translittération populaire de l’hébreu est un peu nimportequoitesque. Ainsi, on peut utiliser un « h » pour désigner la lettre « ה » (le « h » muet éventuellement aspiré) ou la lettre « ח » dont la prononciation la plus courante en hébreu moderne est « kh »  [χ] (Oui je sais les biblistes, vous trouvez ça scandaleux, vous voudriez qu’on fasse des [ħ]. Mais c’est comme ça, détendez-vous. Allez donc un peu faire chier les gens qui prononce Israël « Izraël »).

Quelques exemples : Hadag Nahash, le groupe dont je parlais au début se prononce adag nakhash. C’est vicieux hein ? Hanokh Levin, le célèbre dramaturge, se prononce Khanokh Levin et pas Anok Levin, comme on entend parfois. Il y a aussi les villes : Holon, Rehovot, Hadera, respectivement : Kholon, Rekhovot, Khadera. Vous voyez le binz. En fait, croire qu’un « h » d’une translittération hébraïque se prononce « kh » est un phénomène d’hypercorrection que je vis ailleurs, par exemple dans la chanson Erev shel shoshanim, dont j’ai entendu plusieurs chanteurs manifestement pas trop hébréophones prononcer אהבה (ahava, amour) akhava. « Ikhs » comme on dit en hébreu israélien.

« La polonaise : on ne dit pas ikhs (beurk) à propos de la nourriture ! ». La polonaise est une série amusant de clichés sur les juives polonaises. Ce que l’on appelle en français une mère juive se dit d’ailleurs une mère polonaise en hébreu israélien.

Est-ce que Filiu n’a jamais entendu quelqu’un prononcer le nom de ce parti ? Ou a-t-il appris cette faute de la bouche de quelqu’un d’autre ? On peut se dire que c’est du détail. Après tout, il ne sortit pas d’énormité et dit sans doute des choses intéressantes pour qui ne suit pas cette actualité là en détail. Est-ce que ce n’est pas un problème qu’un expert sur Israël ne parle pas la langue ? Sur les choses dont il parle, sans doute pas. La plupart des informations politiques sont disponibles rapidement en langues occidentales. Pour la France Guillaume Gendron, Piotr Somlar ou Marie Semelin, sans être non plus hébréophones (je crois), font un travail plutôt sérieux et réagissent vite à l’actualité. On dispose même de nombreux journalistes hébréophones d’expression anglaise comme Barak Ravid, Noa Landau, Raphael Ahren, Lahav Harkov (j’espère que Filiu ne prononce pas son nom Lakhav Kharkov)… Bref, il y a de quoi faire pour le bla bla politique avec des sources qui parlent la langue. Cela dit, on passe forcément par un filtre, par une langue qui a une manière à elle de décrire le monde, on s’éloigne de son sujet. Filiu lui même doit le savoir, il fait l’effort de prononcer une lettre avec une exagération peu présente en français pour essayer de montrer qu’il sait de quoi il parle. Et puis, il a appris l’arabe et le chinois à l’INALCO.

4e de couverture du 3e numéro du magazine de l’INALCO, Langues’O.

Il est certains que pour parler du moyen orient, savoir parler l’arabe est un plus, vous conviendrez peut-être que c’est la même chose pour Israël : parler hébreu est un plus. Moi même, parlant l’hébreu, je pourrais vous parler en long en large et en travers de la Palestine, de la Syrie, de l’Égypte, du Liban. Mais qu’est-ce que je vous en dirai ? Je vous en parlerai depuis un point de vue français ou israélien. C’est intéressant en soi. Cela dit, je n’ai que peu d’idée de la réalité quotidienne des gens de ces pays, je ne sais ce que les médias français ou israélien m’en dise. Cela vous inspire-t-il confiance en mon opinion ? Je peux vous aider à comprendre les Israéliens ou leurs points de vues sur leurs voisins, je suis assez incompétent pour vous aider à comprendre les Libanais ou les Égyptiens. Tiens, j’y pense, un autre historien du Proche-Orient, Henri Laurens, s’essaya récemment à l’histoire du sionisme dans les colonnes du journal OrientXXI. Il y parla, sans le nommer, de l’accord Haavara, accord sulfureux entre des organisations sionistes et le parti nazi, de 1933 à 1939. L’article de Laurens réagit aux accusations de collusions entre les Nazis et les mouvements palestiniens en faisant une attaque miroir avec un classique : la collusion entre nazis et sionistes. Ce lien résonne d’autant plus de nos jours que Nétanyahu a tendance à s’allier avec à peu près tous les salauds de droite autoritaires et populistes qui manipulent étrangement leur histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Durant son existence, l’accord Haavara fut vivement critiqué par les nazis et les sionistes. Ce mariage de la carpe et du lapin sauta enfin complètement lorsque les Britanniques entrèrent en guerre avec les Allemands mais permit tout de même d’éviter la shoah à quelques dizaines de milliers de Juifs allemands. Opérer une proximité entre sionistes et nazis sur cet accord fragile est une manipulation godwinesque populaire (coucou Ken Levingstone). Si vous ne retenez que ça du sionisme ou que vous avez le sentiment que sionisme et nazisme sont très compatibles, vous n’aurez pas compris grand chose aux différents courants sionistes tel que les Israéliens les conçoivent, vous les verrez depuis un point de vue historiographique palestino-soviétique qui aime particulièrement gonfler l’importance de cet accord, sommes toutes anecdotique. Ainsi Mahmud Abbas fit une thèse sur ce sujet à Moscou au début des années 1980. Laurens est un bon historien du sionisme, vu depuis le monde arabe. Il n’arrive pas à prendre tellement plus de recul à ce sujet.

Horreur, s’écrie Henri Laurens, une photo du grand mufti de Jérusalem avec Adolf Hitler !
Mais j’ai une carte piège posée face cachée, rugit Henri Laurens ! Attaque miroir ! Je vais parler de ce truc là, l’accord machin, je me rappelle plus son nom, le bidule entre les sionistes et les nazis. Pis j’vais donner des chiffres sans rien sourcer tiens.
Et voilà, se réjouit Henri Laurens ! Maintenant, tout le monde voit David Ben Gourion avec Adolf Hitler !

Je m’égare, revenons à cette séquence politique israélienne sur France Culture. Guillaume Erner, le talentueux (oui, vraiment même s’il prononce le nom du parti Kahol Lavan, « Kaol Lavan », alors qu’il devrait dire : Kakhol Lavan) présentateur de la matinale, dit que pour parler des élections en Israël il a devant lui le site d’Haaretz, « l’équivalent du Monde » là bas. Ha. Quelle version de Haaretz avait-il vraiment devant lui ? Je soupçonne qu’il s’agissait de la version anglaise du journal. La version anglaise reprend les articles les plus politiques, les moins locaux de la version hébraïque et est plus à destination des New-yorkais que des Israéliens. Quant à la version hébraïque, j’y suis abonné et je m’en délecte, mais j’aurais du mal à dire que c’est un équivalent du journal le Monde. D’abord, la presse israélienne est une presse d’opinion, le cadre éditoriale est assez différent. Peut-être que politiquement ça colle à peu près, mais pas au niveau de la diffusion. Pour l’israélien moyen, Haaretz, c’est un journal d’extrême gauche et vue la situation du pays, vous imaginez qu’il y a bien peu d’Israéliens qui lisent ce journal. Un journal plus centre-droit qui pourrait correspondre en terme de diffusion serait plutôt Yidiot Ahronot (attention, Jean-Pierre, pour celui là il faut faire un [R] après un [χ], c’est chaud). Et évidemment, quitte à parler de presse, comment ne pas passer à côté du « Bibiton », Israel Hayom (ayom) le journal gratuit pro Netanyahu financé par Adelson, le journal qui a la plus grosse diffusion en Israël. Bref, vous l’avez compris, ce matin là vous aviez des gens qui vous parlaient d’Israël depuis un point de vue de deuxième main cousu pour l’occident progressiste plutôt de gauche.

Netanyahu attaque régulièrement les médias, Haaretz est en particulier une de ses bêtes noires, comme beaucoup de gens de droite au pouvoir.

Alors comment ça se fait qu’ils n’ont pas dit tant de bêtises que ça ? Sans doute d’abord parce qu’ils ne sont pas mauvais, que le sujet est tellement traité qu’il y a matière à travailler dessus sans savoir parler l’hébreu. Et puis ça se tient depuis cette angle-là. Soyons à peu près sûr qu’à ma droite certains pro-israéliens trouveront que c’est de la propagande de journalopes islamo-gauchistes antisémites. Et il doit même se trouver des gens pour penser que cette rubrique est trop complaisante avec l’entité sioniste raciste coupable de crimes de guerre et sa politique d’apartheid. Bref. Ce qui est certain, c’est que le contenu n’est pas monstrueusement novateur et n’aurait pas été à même de changer l’image que je me faisais du pays avant de me mettre à découvrir sa langue et sa culture.

À l’époque, la seule chose que je savais d’Israël venait de mon environnement à la gauche du PS, des commentaires politiques des journalistes et experts occidentaux ou des bédés de Joe Sacco. J’avais du mal à imaginer les Israéliens autrement que comme des petits connards cruels et sanguinaires dont la principale aspiration était de faire chier les Palestiniens en testant sur eux les dernières avancées technologiques des armes de guerre. Le boycott allait pour moi de soi à l’époque. Jusqu’à ce que j’entende parler du boycott culturel avec une illustration de Tardi pour l’évènement Tel-Aviv sur Seine. J’étais super embêté. Ne pas acheter un houmous industriel dégoûtant était tout à fait à ma portée, mais comment ne pas consommer une littérature, un cinéma et d’autres éléments culturels que je ne consommais déjà pas ? Merde. Je ne connaissais pas du tout la culture israélienne. Je ne me focalisais que sur le politique, le conflictuel. Je les déshumanisais complètement et je n’avais aucune chance de les voir autrement que comme des crevures.

Le dessin de Tardi contre l’évènement Tel-Aviv sur Seine.

Une collègue de la Bulac me dit un jour qu’à la Bulac nous achetions des ouvrages sur les langues, mais aussi sur la culture de ses locuteurs et de ses locutrices, parce qu’il était difficile d’aborder une langue sans aborder la culture. C’est là d’où m’est venu l’idée d’aborder une culture par la langue. Oui, je sais, j’ai l’esprit de contradiction et je prends tout à contre-pied.

Je consultais les manuels d’hébreu de la Bulac pour trouver autre chose en Israël que les images de soldats menaçant ou massacrant des enfants palestiniens. Ces images sont vraies, ces images sont terribles, mais ce n’est pas en ne regardant que ces images que l’on peut comprendre qui sont les Israéliens. De la même manière que l’on ne peut pas comprendre les Turques en ne voyant que les déplacements et massacres de Kurdes ou les Iraniens en ne parlant que de la politique de leur régime. Je ne m’attendais pas, cela dit, à tomber amoureux de la langue ni de la culture israélienne. J’en suis amoureux au point d’y consacrer beaucoup de temps, au point d’aller l’étudier à l’Inalco, de me plonger dans sa littérature et de me réjouir à chaque possibilité de discuter en hébreu. Comprendre, ce n’est pas excuser. Je suis toujours agacé ou fâché sur beaucoup de point à propos d’Israël et ça ne s’arrange pas. Mais c’est la même chose avec la France. Entre les politiques coloniales ou l’utilisation d’armes françaises au Yémen, je suis sacrément agacé contre la France. Cela ne m’empêche pas de bien aimer le pays, sa culture et ses habitants par ailleurs.

J’aime particulièrement le manuel d’hébreu de Sonia Barzilai et Mireille Hadas Lebel paru chez l’asiathèque. Il est souvent décrié, perçu comme trop dur, ennuyeux et vieillot. Ce fut pour moi un défi stimulant, j’ai bien aimé son sionisme kitsch par ailleurs.

Passer par la langue est une démarche que je vous recommande pour découvrir un pays, une culture. Ça ne prend pas tellement plus de temps que d’écouter la matinale sur France Culture : un petit peu tous les jours pendant plusieurs années. La connaissance de la politique du pays viendra d’elle même, elle sera toujours aussi moche que celle que vous décrivent les experts, en revanche vous trouverez que les citoyens et citoyennes qui y participent ou qui la subissent vous ressemble beaucoup plus que ce que vous auriez pu penser.

Je suis particulièrement enthousiaste sur l’importance d’apprendre des langues. Cela me rend fou quand en France certains réactionnaires vitupèrent contre l’enseignement de l’arabe à l’école. Pour moi, c’est comme si mieux comprendre les cultures arabes était un danger pour nous. Comme s’il était important que les Arabes restent des « Autres ». Nous n’apprendrons jamais trop les langues. Il n’y a pas de mauvaise langue à apprendre. Il ne faut pas se priver d’apprendre celles qui nous attire. Nous disposons à Paris d’un endroit formidable pour apprendre les langues orientales : le pôle langue et civilisation qui abrite deux établissements : la BULAC, une bibliothèque et l’Inalco, un établissement d’enseignement supérieur. Allez donc y faire un tour, ouvrez-vous aux Autres.

Et si apprendre une langue est trop dur pour vous, essayez la littérature ou le cinéma en traduction. C’est déjà un premier pas. Un conseil de lecture pour Israël ? Essayez Ma grand-mère russe et son aspirateur américain de Meir Shalev.

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

4 réflexions au sujet de « Quand France culture parle d’Izraël »

  1. ניקולא,
    איזה כייף של פוסט!
    סופסוף מצאתי זמן לקרוא אותו מראשית ועד אחרית.
    ממש הערת בי חשק עתיק ללמוד פרסית בחלק האחרון. נראה אם אצליח לנער אותו מאבק וללכת קצת בדרך הזאת.
    ובעניין הגיית השם (המפורש? :-) ) ישראל: התאוריה שלך, לפיה הוגים ז׳ קולי ולא ש׳ כדי להגות את ה-ר׳ שאחרי כך שתהיה קולית גם היא ולא תישמע כמו ח׳, הכי הגיונית בעולם. זה אתה שבאיזה קורס לפני כמה שנים הצעת במקום הידמות (אסימילציה) את המושג ׳סולידריות׳, לא? כשדיברנו על המילה ׳סבתא׳ וה-ב׳ שנשמעת כמו פ׳, נדמה לי.
    הערה אחרונה: אי אפשר שלא לחשוב בהקשר הזה על סוזי והבאנשיז וישראל האמיתית שלהם:
    https://youtu.be/-TAlS7J9Ofk
    היא מבטאת מין ׳איזראייל׳, ואמריקאים בכלל מבטאים ׳איזרייל׳. במילים אחרות, איך שלא מסתכלים על זה, הדרך של הישראלים להגיד ׳איזראל׳ כשהם מדברים אנגלית נשמעת שונה מאד מהדרך של אנגלופונים אותנטיים לבטא את המילה. כאילו ׳איזראל׳ זאת מילה במין שפת ביניים עולמית שלא תואמת ממש לשום שפה אמיתית.
    (מעניין לחשוב איזה מילים נוספות מהבינלאומיות שאנחנו מוקפים בהן שייכות לשפה הזאת)
    יאללה, כל טוב.

    1. תודה רבה רינת, שמתחי מאוד לקרוא את תגובתך.

      רציתי גם אני ללמוד פרסית, שפה של משוררים ומשוררות. אולי אעשה את זה יום אחד. אנחנו עובדים במקום טוב כדי לנסות את זה.

      זה לא אני שהציע להחליף “הידמות” ל”סולידריות”, ואני לא בטוח שאני מבין למה. אבל לא שמתי לב על הקטע עם “סבתא” שנשמע כמו פ’. תמיד מוזר לגלות דבר שעושים כל יום בלי לדעת.

      אוהו! איזה קטע. גם לא שמתי לב שסוזי (שאני מאוד אוהב בדרך אגב) מבטאת ישראל איזראייל עם י’. אלה הגיות מגוונות !!!

      נתראה בקרוב,

      1. הידמות וסולידריות: נכון, נכון, נזכרתי, זה היה סמואל!
        במקום להגיד הידמות, שזה מושג טכני, הוא הפך את זה לעניין חברתי (טוב, הוא קומוניסט :-) ), וזה רעיון מדליק. לא ככה?
        קח, למשל, את שם הפועל ״לעבוד״. ה-ע מנוקדת בחטף פתח, כיוון שבהיותה גרונית לא יכולה לסבול שווא. ה-ל, מתוך סולידריות עם שכנתה, אימצה לעצמה גם היא תנועת פתח. זאת אחווה! ככה מתנהגים!
        או למשל ה-ז במילה ״זכוכית״, שמזדהה עם ה-כ שאחריה ולכן מאבדת את הקוליות שלה ושומעים ״סכוכית״. איזה לב יש לה, לזאתי! לא רוצה שה-כ תרגיש לבד ולכן מגלה סולידריות ומתנהגת כמו ס.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.