De l’art de ne pas faire d’humanités numériques

Je viens de constater en regardant mon LinkedIn que dans quelques jours, j’aurais travaillé plus à la BULAC qu’à l’École des chartes. Quand j’alimentais ce carnet, mon espoir secret était de pouvoir retourner faire des humanités numériques dans un laboratoire quelconque. Je m’étais rendu compte à l’Observatoire de Paris que j’avais moins d’intérêt pour l’informatique quand j’étais coupé de la culture ou des sciences humaines. Un peu plus de six ans après avoir commencé ce carnet, je ne travaille toujours pas dans les humanités numériques. En fait, l’informatique n’est même plus tellement une passion ou un passe-temps, mais de plus en plus une activité alimentaire.

Continuer la lecture de De l’art de ne pas faire d’humanités numériques