Quand France culture parle d’Izraël

Cet article est une promenade discursive autour de la prononciation du mot « Israël » en français, en hébreu, en yiddish et en anglais. Sa finalité est de vous inviter à apprendre des tas de jolies langues étrangères, à l’Inalco ou à la BULAC par exemple. Quand j’écrirai des mots hébreu, j’utiliserai les translittérations ambigües qui se sont fixées dans nos langues. Quand je voudrais lever l’ambiguïté sur leur prononciation, j’utiliserai les caractères suivants :

r pour le son [R], c’est un r voisé légèrement roulé vers la gorge comme celui d’Édith Piaf quand elle chante « non rrrrien de rrrrien ». C’est en hébreu moderne le son le plus courant de la lettre hébraïque resh, ר.

kh pour le son [χ], c’est un r sourd bien raclé sur le palais au fond de la gorge, comme le « ch » de mot allemand « machen ». C’est en hébreu moderne le son le plus courant de la lettre hébraïque het, ח, ainsi que de la prononciation fricative de la lettre kaf, כ (qui a aussi une forme plosive [k] selon le contexte grammatical ou l’usage).

« Izraël » pour moi, c’était la prononciation anglaise d’Israël. Les Israéliens le prononcent eux-mêmes comme ça lorsqu’ils parlent anglais (comme Yair Lapid dans cette étrange passage). Le célèbre groupe de funk-hip-hop Hadag Nahash sortit même l’année dernière un album appelé וולקום טו יזראל, des mots pas du tout hébreu qui se lisent phonétiquement : Ouelcome tou Izrael. Jusque là tout va bien. Et puis un jour je déjeunai avec un vieux copain, un professionnel, un type qui fut secrétaire de rédaction pour des revues scientifiques et tout. Et d’un coup comme ça, il se mit à déblatérer sur Izraël. Izraël par ci, Izraël par là. Je le regardai et lui demandai s’il ne pouvait pas plutôt dire « Israël ». Il s’arrêta net sembla réfléchir avant d’avouer que oui, il n’y avait aucune raison d’appeler Israël « Izraël » en français.

Notez que même en imitant la prononciations anglaise « Izrael » Shaanan Streett, le chanteur fait une petite attaque glottale avant le « -el » que ne font pas les anglophones (Izra’el).
Continuer la lecture de Quand France culture parle d’Izraël