Locataire de la villa réflexive

Hello, durant le mois de juin, je suis locataire de la villa réflexive sur hypothèses. Je compte revenir sur la manière dont le féminisme, d’autres courants militants et les études sur le genre m’ont influencé, en me demandant quelle rôle l’empathie a joué pour me convaincre du bien fondé de leurs travaux. Le premier article présentant un peu ma démarche vient de paraître. Je vous invite à me lire là bas si le sujet vous intéresse !

Perl pride ♥

Coucou !

Je viens de muter à la Bulac pour m’occuper du système de gestion des bibliothèques de l’établissement. Ce dernier tourne sous Koha, un logiciel libre écrit pour 27% en Perl. Le poste à la Bulac m’a attiré entre autres pour l’engagement de l’établissement dans le logiciel libre et pour la perspective de travailler sur Koha et de faire du Perl. Je pourrais décrire Perl comme je pourrais me décrire moi : d’aspect bordélique et joyeux, j’adore rendre service et je suis polyvalent. J’espère que vous entendez surtout du bien de moi :), en revanche je suis presque sûr que vous n’en entendez pas beaucoup de Perl. Comme on se ressemble lui et moi, j’ai envie de vous parler un peu de ce langage controversé et de mon expérience avec, sans trop rentrer dans les détails techniques.

Continuer la lecture de Perl pride ♥

Les bases de données steampunk des SHS

Vous avez sans doute croisé pas mal de gens qui ont fait une base de données pour leur thèse. Vous avez sans doute travaillé au sein d’un labo alimentant une base de données sous Access ou FileMaker Pro. Avez-vous recroisé ces données ? En lisant une thèse ayant nécessité la création de base de données spécifique, avez-vous eu accès à ladite base pour vérifier les résultats obtenus ? Avez-vous accès aux bases montées par la plupart des labos pour leur travail ? Dix ans plus tard, pouvez-vous accéder aux bases de données qui ont permis l’écriture d’un travail ?

C’est souvent difficile : on a perdu les fichiers, on ne sait plus comment c’était fait, machin a mis la main dessus et refuse l’accès aux autres. La base de données en SHS a deux statuts : la fiche jetable et/ou la précieuse propriété intellectuelle qu’il faut protéger du plagiat. Ces bases de données sont mortes-nées. Pourtant une base de donnée devrait être conçue comme une édition scientifique : quelque chose qui doit être publié et servir à tous.

Continuer la lecture de Les bases de données steampunk des SHS

Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (3) : la fabrique de l’enfant

(Mes articles sur le mariage pour tous sont indépendants les uns des autres et peuvent être lus dans n’importe quel ordre.)

EDIT 05/11/2013 : on m’a fait remarquer1 que certaines assertions de ce texte ne fonctionnent plus lorsque l’un des membres d’un couple homosexuel ou hétérosexuel sont transgenres. On peut alors avoir un couple hétérosexuel avec les même organes sexuels et un couple homosexuel avec des organes sexuels différents (permettant ainsi techniquement la procréation naturelle). J’ai donc ajouté quelques précisions2.

Durant les débats sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, il a été essentiellement question d’enfant. La loi sur l’ouverture du mariage a le mérite d’affirmer dans les deux camps une vision conservatrice : le mariage ça sert à faire des enfants. Du côté de la gauche on gère le problème des enfants des familles homoparentales en ouvrant le mariage aux couples de même sexe, du côté de la droite on propose de faire un type d’union avec tous les avantages du mariage, mais sans enfants. Mariage = enfants. Pour finir de vous en convaincre, « enfant » est dans les débats le lemme du mot revenant le plus (3602 occurrences) après « amendement » (5064). Tous les états de la vie d’un enfant ont été étudié : désir, conception, acquisition, éducation. On peut s’intéresser longuement à chacun de ces points. Je m’intéresse ici à la conception.

Continuer la lecture de Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (3) : la fabrique de l’enfant

  1. <https://twitter.com/paleaoies/status/397672256870301697> et <https://twitter.com/paleaoies/status/397672358506659840>. []
  2. Il mériterait en fait d’être réécrit pour inclure les problèmes de conception pour les personnes transgenres. []

Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (2) : stéréotypes et idéologie de genre

Nous voulons détruire la famille et cette société parce qu’elles nous ont toujours opprimés. Pour nous, l’homosexualité n’est pas un moyen d’abattre la société, elle est d’abord notre situation et la société nous contraint à la combattre.
Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), Adresse à ceux qui sont comme nous (1971).

Il y a quarante ans le FHAR proposait de désintégrer la famille et la société. Aujourd’hui les associations LGBT, le gouvernement, la majorité parlementaire se battent pour que les couples homosexuels bénéficient des mêmes droits que les couples hétérosexuels : être pleinement intégrés dans la société et constituer des familles similaires. Il n’y a pas de rapport entre l’inter-LGBT, l’action du gouvernement et les propositions du FHAR. Pourtant le discours de la droite prédit que l’action des lobbys gais et du gouvernements amèneront le même résultat. Il peuvent même prétendre que c’est leur intention cachée1. L’action de normalisation, d’intégration qui est menée par le gouvernement est relativement conservatrice : une vieille institution aux formes rigides s’ouvrirait à des couples qui se comportent en tous points comme des couples de sexes différents. Du coup, la crispation conservatrice pour empêcher ce projet de loi m’a surpris2. De plus, le point de vue des député.e.s sur les rôles des genres, et leur propre conformité aux stéréotypes de genre, m’ont donné le sentiment que le genre était une des clefs essentielles pour comprendre ce débat.  Voilà les raisons qui me poussent à étudier ces textes : trouver ce qu’il y a de conservateur ou de progressiste dedans, voir à quel moment député.e.s de gauche ou de droite se ressemblent, se différencient.

Continuer la lecture de Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (2) : stéréotypes et idéologie de genre

  1. « Vous ne pourrez pas longtemps cacher au peuple votre volonté de détruire la famille », Philippe Meunieur, <http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2012-2013/20130130.asp#P6708_0468>, consulté le 2013-03-20. []
  2. En fait, je me serais plus attendu à ce type de réaction si le gouvernement avait proposé de supprimer la propriété, de collectiviser les enfants ou de se lancer dans le soleil vert. []

Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

Les débats à l’Assemblée nationale sur l’ouverture du mariage aux couples du même sexe se sont déroulés du 29 janvier au 12 janvier 2013. Je suis personnellement resté collé aux directs, les ai commentés comme beaucoup d’autres sur twitter via le hashtag #DirectAN, je suivais aussi avec attention les comptes rendus de Yagg et du collectif le mariage pour tous (pour vous donner une idée du camp que j’avais choisi). Une fois la loi votée, une fois l’émotion retombée, tout cela me laissait un petit goût d’inachevé. Je voulais rejeter un œil sur les débats, retrouver les expressions, les comparer. Il se trouve que tous les comptes rendus de séance sont publics, que mon travail à l’École nationale des chartes m’avait amené à passer du texte à la moulinette. Hé bien depuis une semaine, je mouline, je mouline et il est temps de rendre quelque chose : d’abord qu’est-ce qui a été mouliné et comment (Datalove) et quelques chiffres amusants (Datafun).

Continuer la lecture de Débat parlementaire sur l’ouverture du mariage (1) : quelques chiffres

L’informaticien est-il un être binaire ?

Le processus de préparation d’un programme pour un ordinateur est particulièrement attirant, pas seulement parce que cela peut être rémunérateur d’un point de vue économique ou scientifique, mais aussi parce que cela peut être une expérience esthétique comme composer de la poésie ou de la musique.

Art of Computer Programming, Donald Knuth.

Il m’est souvent arrivé d’être confronté à un certain mépris de l’informatique qui s’exprime sous ce genre de forme : « Tout ça ce ne sont QUE des zéros et des uns », « ce dont je parle, c’est plus compliqué que de l’informatique : ce n’est pas du binaire ». On croirait que dans un ordinateur ou le cerveau d’un informaticien, il n’y a qu’un « 1 » et un « 0 » et qu’on peut réduire toute leur richesse à ça. Un peu comme si on réduisait une œuvre littéraire en français aux vingt-six lettres que l’on utilise pour écrire cette langue. Ada Lovelace fut confrontée au problème au début du XIXe siècle, avec la machine de Babage :

Beaucoup de gens, peu au fait des études mathématiques, imaginent que parce que le travail de la machine [analytique de Babage] est de donner ses résultats dans une notation numérique, la nature de ses processus doit être par conséquent arithmétique et numérique, plutôt qu’algébrique et analytique. C’est une erreur. La machine peut arranger et combiner ses quantités numériques exactement comme si elles étaient des lettres ou tout autre symbole ; et en fait, elle pourrait donner ses résultats en notation algébrique, si ses dispositions étaient prévues en conséquence.

Continuer la lecture de L’informaticien est-il un être binaire ?

Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?

Assez régulièrement j’entends des gens expliquer à d’autres (notamment des gens issus des SHS) ce qu’est un ordinateur. Parfois ils disent quelque chose comme : « un ordinateur, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’un ordinateur ». J’ai alors envie de décrire à la même personne une perceuse : « une perceuse, c’est stupide, il n’y a rien de plus bête qu’une perceuse ». Ha.

Vous n’aviez peut-être jamais pensé la perceuse intelligente ? On ne conçoit pas la perceuse douée d’une pensée, donc on ne la pense même pas bête. Si vous percez un trou trop gros, trop petit, au mauvais endroit, ce n’est pas la perceuse qui est bête, c’est vous. Si la perceuse est mal fichue, mal conçue, ce n’est pas elle qui est bête, mais la personne qui l’a construite ou conçue. C’est la même chose pour un ordinateur.

Continuer la lecture de Les ordinateurs sont-ils plus intelligents que les perceuses ?

La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre

Le thème du jour vous surprend sans doute vu qu’il n’a pas l’air franchement lié avec le sujet de ce carnet : informatique et histoire. Je m’y intéresse parce que :

  •  je ne rejette pas la possibilité de travailler à nouveau en tant qu’informaticien pour des historiens (ça peut même me faire envie) ;
  • il m’arrive aussi d’envisager aller enseigner l’histoire dans le secondaire (je sais, je suis fou).

Dans les deux cas, la question du genre m’intéresse.

En me promenant il y a quelques semaines dans les allées des rendez-vous de l’histoire à Blois, j’ai croisé le stand de l’association Mnemosyne. J’y ai feuilleté leur manuel scolaire : la place des femmes dans l’histoire. J’avais déjà lu que c’était l’exception qui proposait une histoire mixte parmi les autres manuels d’histoire. Après un coup d’œil sur le sommaire et quelques pages  j’ai eu très envie de l’acheter.

En fait vous pouvez aussi arrêter tout de suite ce que vous êtes en train de faire, vous procurez ce livre, le lire et revenir me lire :).

Continuer la lecture de La place des femmes dans l’histoire, fonction civique et genre

Arrogantia computatri scientifici

Un de mes principaux moteurs dans la vie à toujours été de faire des trucs cools. Demandez moi comment je pense résoudre un problème, je réponds « de la manière la plus cool possible » (comme ne pas utiliser PHP). En général ça ne passe pas très bien. Mes parents me disaient « dans la vie on ne fait pas toujours des trucs cools. » Lors des entretiens pour une maîtrise d’histoire on m’a répondu à plusieurs reprises « je pense que vous n’avez rien compris à l’histoire, nous ne sommes pas là pour faire des trucs cools, mais pour faire ce qu’il reste à faire. On ne travaille pas sur des trucs cools, on travaille sur des sources qui existent et ne sont pas encore exploitées. » Mes collègues aujourd’hui me répondent souvent « mais tu es dingue ! Avec la RGPP on peut pas se permettre de faire des trucs cools, il faut faire des trucs utiles pour prouver que l’on serve à quelque chose. » Bref, toute ma vie on a voulu me brimer. C’est dégoûtant.

C’est d’autant plus mesquin que je suis convaincu que tout le monde cherche à faire des trucs cools, mais le cache derrière une fausse couche de rabat-joie pour se donner un air sérieux et important. Moi aussi, je passe une partie des mes journées à faire des choses pénibles qui doivent être faites, mais mon moteur, c’est de faire des trucs cools. Je ne vois pas pourquoi je mettrais en avant les trucs pénibles. C’est une des raisons pour laquelle je me suis tourné vers l’informatique : c’est super cool. La seule chose qu’il reste à faire c’est d’arriver à mettre en corrélation les choses qui amusent avec une activité qui permette de vivre et payer ses impôts. C’est la phase compliquée, mais ça existe. Par exemple j’ai pu énormément m’amuser à faire de l’informatique pour les historiens.

Continuer la lecture de Arrogantia computatri scientifici

DH et steampunk (5) : Conclusion

Je n’ai plus grand chose à dire sur la conférence de Paul Bertrand au ThatCamp 2012 à part sans doute merci. Merci à Sophie Derrot pour ses tweets qui m’ont collé au hashtag #tcp2012, merci à Pierre Mounier d’avoir sorti aussi rapidement des nons-actes me permettant de découvrir tous les détails. Merci à Paul de donner des coups de pied dans la fourmilière comme seul un fan de Motörhead sait le faire. Merci enfin pour les encouragements et les retours sur ces quatre billets. Tout cela m’a rendu très joyeux.

Je ne sais pas bien comment sortir les Digital Humanities du steampunk, mais en attendant, j’ai un beau carnet tout neuf, et je compte le noircir :). Merci.

DH et steampunk (4) : Bonnes pratiques et évangélisme

Avez-vous déjà essayé de proposer une idée nouvelle devant une majorité de gens qui n’ont aucune idée de ce dont vous parlez et à qui vous demandez de changer leur manière de travailler au quotidien ? C’est dur, voire impossible. Pour pouvoir le faire, il faut être prêt à tout et dégager une énergie capable de soulever les montagnes. Ce n’est pas à la portée de tous. Ceux qui le font se voient souvent accoler des étiquettes comme « leader », « évangéliste », « prosélyte » ou autres emmerdeurs de tout poil.

C’est un point que Paul n’a pas abordé durant sa présentation lorsqu’il a parlé des bonnes pratiques. Pourtant les bonnes pratiques ont leurs VRP qui travaillent jour et nuit à à leur valorisation. Ils sont à la fois très utiles voire indispensables pour avancer et  en même temps peuvent être horriblement bloquant et même pénible. Pour en finir avec cette série sur les bonnes pratiques je vous livre quelques anecdotes et réflexions sur mes relations avec l’évangélisme.

Continuer la lecture de DH et steampunk (4) : Bonnes pratiques et évangélisme

DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu

Nous avons vu dans le billet précédent que Paul fustigeait les bonnes pratiques, voici la suite. Dans ce billet je voudrais répondre à la question : doit-on suivre les bonnes pratiques ? J’hésite entre le « oui mais non » ou le « non mais oui ». En tout cas oui il faut en parler et oui il y a un problème.

Pour illustrer notre souci, imaginons que l’on veuille faire un pot-au-feu : on achète de la viande bio à un boucher artisanal, des légumes bio chez un maraîcher. On met les ingrédients dans la cocotte pleine d’eau et on laisse cuire une heure sans pression. On sert les invités avec des assiettes et des couverts produits par des grands designers. Les invités goûtent et disent tous : « c’est dégueulasse ». Pourtant on a assuré à mort sur la bonne pratique ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe. Avoir été nul sur la bonne pratique cuisson correcte a gâché tout le plat et on n’arrive pas à répondre à notre besoin qui était : bien manger. En étant moins bon sur ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe et meilleur sur cuisson correcte on aurait pu répondre au besoin. C’est l’un des soucis que j’ai pu voir dans les Digital Humanities : s’accrocher mordicus à certains éléments et oublier l’essentiel, oublier le besoin.

On a toujours besoin de bien manger.

Continuer la lecture de DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu

DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards

Suite du précédent article qui s’intéresse à quelques autres lignes du texte de Paul, où il attaque cette fois les bonnes pratiques :

Enfin, et là je vais jeter un gros pavé dans la mare, il faut parler des bonnes pratiques. Parce que les bonnes pratiques sont peut-être une excellente chose, mais elles sont aussi un frein. Tout d’abord il faudrait voir exactement ce qu’il y a derrière, car c’est aussi un terme dont on se gargarise, il faut bien l’avouer. Par exemple, on se focalise sur l’archivage – je ne dis pas que ce n’est pas important –, on se focalise sur la structuration et la possibilité de mise en opérabilité, et on oublie (ou en tous cas on ne se positionne pas) sur le reste. On ne se positionne pas sur l’innovation conceptuelle par exemple, sur l’enrichissement sémantique, sur la granularité des outils d’interrogation, ou simplement sur la décomposition de ces fameuses données. J’ai peur qu’on se contente de bonnes pratiques aujourd’hui dans les digital humanities et que l’on renonce à un certain devoir d’audace.

 

En quelques lignes, Paul me donne envie de beaucoup parler. Je vais être obligé de faire plusieurs billets sur les bonnes pratiques, celui-ci est le premier, il concerne les standards (j’utilise ici standard au sens anglo-saxon et ne parlerai pas de norme).

Continuer la lecture de DH et Steampunk (2) : bonnes pratiques et standards

DH et Steampunk (1) : Des différences entre historiens et astrophysiciens

Il y a quelques jours j’ai vu déferler un grand nombre de tweets en #tcp2012 rapportant les propos de Paul Bertrand au That Camp 2012. Dans son discours provocateur, Paul regrette que les Digital Humanities n’aient pas pleinement intégré le progrès et soient restées à l’ère de la vapeur. Ce texte m’a rappelé de nombreux souvenirs du temps où je travaillais pour des historiens dont Paul. Cela m’a donné envie de réagir.

Continuer la lecture de DH et Steampunk (1) : Des différences entre historiens et astrophysiciens