DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu

Nous avons vu dans le billet précédent que Paul fustigeait les bonnes pratiques, voici la suite. Dans ce billet je voudrais répondre à la question : doit-on suivre les bonnes pratiques ? J’hésite entre le « oui mais non » ou le « non mais oui ». En tout cas oui il faut en parler et oui il y a un problème.

Pour illustrer notre souci, imaginons que l’on veuille faire un pot-au-feu : on achète de la viande bio à un boucher artisanal, des légumes bio chez un maraîcher. On met les ingrédients dans la cocotte pleine d’eau et on laisse cuire une heure sans pression. On sert les invités avec des assiettes et des couverts produits par des grands designers. Les invités goûtent et disent tous : « c’est dégueulasse ». Pourtant on a assuré à mort sur la bonne pratique ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe. Avoir été nul sur la bonne pratique cuisson correcte a gâché tout le plat et on n’arrive pas à répondre à notre besoin qui était : bien manger. En étant moins bon sur ingrédient de qualité et couverts qui ont la classe et meilleur sur cuisson correcte on aurait pu répondre au besoin. C’est l’un des soucis que j’ai pu voir dans les Digital Humanities : s’accrocher mordicus à certains éléments et oublier l’essentiel, oublier le besoin.

On a toujours besoin de bien manger.

J’ai participé à la plateforme Telma. On peut dire aujourd’hui qu’elle n’a pas eu le succès prévu. Elle aurait dû être LA plateforme d’édition de sources historiques. Plusieurs années après, il n’y a toujours que quelques publications. Je pense qu’énormément de temps a été consacré à la conception théorique de la plateforme, à penser l’archivage et la pérennité des données et pas assez sur la solidité de l’application et la facilité de sa prise en main par les utilisateurs. Le pire c’est que l’intérêt d’avoir un modèle d’archivage et de pérennité des données aux petits oignons perd de l’intérêt quand on n’a qu’une dizaine de publications. Revues.org ou Persee sont sans doute partis d’un modèle moins intéressant, il n’empêche qu’ils sont arrivés à un meilleur résultat, ne serait-ce qu’en termes de masse. La bonne pratique rendre l’outil accessible est leur killing feature.

C’est très dur de convaincre qu’il faut s’en tenir à des fonctionnalités essentielles et incrémenter au fur et à mesure. Il y a forcément une checklist énorme à remplir et impossible de publier avant. Cette checklist vient de ce que l’on a raconté pour essayer d’obtenir des sous auprès de l’ANR (ou n’importe quel organisme qui donne des sous pour des projets qui en jettent). Qu’importe si le résultat est raté : du point de vue institutionnel c’est réussi si on coche toute la checklist. C’est ce que je comprends de ce que dit Paul sur les institutions. Là où je ne suis pas d’accord, c’est que ce n’est pas de la faute des bonnes pratiques pour moi, mais la faute à ces checklists infernales, au name dropping et à tout ce qui a l’air pharaonique pour toucher le jackpot.

Guillaume Hatt, un bibliothécaire (c’est-à-dire quelqu’un qui n’est pas informaticien), a mis en place le SIGB de l’École des chartes avec 5000 € de budget, deux trombones et un vieux chewing gum. Tout seul. Guillaume Hatt est le MacGyver des bibliothèques (et je passe sur le fait qu’il gérait le parc informatique de toute la bibliothèque et formait ses collègues). Il en faut de l’audace pour faire ça. Quand on parle de faire des économies voilà quelqu’un qui s’y est appliqué, je pense que c’est le SIGB le moins cher de France. A-t-on mis cela en avant ? Non, la réaction fut plus de l’ordre « ho le nul ! Il n’a qu’un budget de 5000 €, ha ha ha ! » ou pire « il ne faut pas parler des choses que l’on fait et qui ne nécessitent pas d’argent, on pourrait faire croire que l’on n’a pas besoin d’être financé ». La fonction publique ne sort pas de la culture du gros budget. Cette dernière va à l’encontre de l’innovation et génère plein de réunions pénibles. J’ai le sentiment que cela s’est renforcé avec les regroupements, equipex, labex, idex etc.

Guillaume Hatt installant sa dernière dépendance Perl sur son serveur Debian.

En résumé, pour moi, il ne faut pas « mettre en œuvre » ou « ne pas mettre en œuvre » les « bonnes pratiques ». Il faut faire ce dont on a besoin. Il faut toujours revenir à LA question :

« Quel est mon besoin ? »

Pour répondre au besoin, une bonne pratique peut être la solution, qu’elle soit un chemin balisé ou une technique éprouvée : elle sert à aller vite, bien et à rassurer. Le souci arrive quand on ne trouve pas ledit chemin, qu’on n’a pas les moyens de le prendre, ou que l’on veut aller plus vite encore. C’est dans ce cas qu’il faut de l’audace.


Publié par

Nicolas Legrand

Maîtrise d'histoire, DESS de compétence complémentaire en informatique, six ans à l'École nationale des chartes, trois à l'Observatoire de Paris-Meudon, à la BULAC depuis décembre 2013. Développeur Web, administrateur système et réseau, administrateur de système de gestion de bibliothèque.

2 réflexions au sujet de « DH et Steampunk (3) : les bonnes pratiques et le pot-au-feu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.